La Dépêche

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
La Dépêche
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne régionale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_D_C_040903.html
Texte:
TOULOUSE - THEATRE . Harris Burina sacré meilleur acteur à Edimbourg Heureux et on le comprend . Encore hésitant à croire son bonheur , Harris Burina , acteur et metteur en scène , responsable de la compagnie toulousaine du Théâtre de la Fenêtre , arbore à son ordinaire un grand chapeau noir et ce sourire éternel sur son visage . Il a reçu lors du festival de théâtre d' Edimbourg , le Fringe First 2003 , l' équivalent du Molière français . Une récompense que cet acteur bosniaque reçoit pour la seconde fois . « En 1987 , je l' avais déjà obtenu comme comédien , avec ma compagnie du Tatoo Théâtre » , explique Harris Burina , entre deux cafés . Une récompense qui couronne la pièce , « Les OIseaux de Sarajevo » , une pièce magique qui raconte sur fond de conflit bosniaque , l' histoire d' un jeune couple , amoureux et libre . Une pièce muette , sans un mot , tissée seulement d' émotions , de sons et d' un embrasement extraordinaire dû au duo , Harris Burina et Florence Le Juez . « Ce festival est le plus ancien et le plus grand du monde , ajoute l' auteur . Inauguré chaque année par la reine Elizabeth II » . PLUS DE 1500 REPRÉSENTATIONS C' est rien de dire que ce festival attire les médias et les professionnels du théâtre . Au programme , plus de 1500 spectacles , 668 compagnies et plus de 20.000 représentations . Partie le 11 août , le théâtre de la Fenêtre avait dans ses bagages qu' une petite subvention de la mairie de Toulouse et beaucoup d' énergie . « Nous avons tout payé nous-mêmes , précise Florence Le Juez . Et chaque soir , nous mettions en place , technique et décor » . Dans un contexte de concurrence ardue et une frénésie de spectacle , se faire apprécier n' est pas chose aisée . L' investissement moral et physique se doit d' être intense . « Là-bas , tout fonctionne énormément avec la presse et les critiques , note Florence . C' est une jungle où chacun doit se battre pour son spectacle souvent découvert du public par une flopée de tracts distribués dans la journée » . Hébergée en appartement , l' équipe de quatre comédiens a connu une grande tension . Récompensée par ce prix qui va peut-être enfin lui ouvrir sur Toulouse les scènes de certaines théâtres , comme Garonne , la Digue ou le TNT , elle ressent aujourd'hui une espèce de concrétisation . « Nous avons déjà joué dans la petite salle , avoue Harris . On espère renouveler l' expérience avec les « Oiseaux de Sarajevo » . En attendant , du 17 au 31 octobre , l' équipe s' envole pour Sarajevo présenter cette pièce . Baignée dans son univers , cette histoire va prendre une dimension encore différente . Un projet qui ne pourra se réaliser que si les aides arrivent .