La Dépêche

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Filename:
La Dépêche
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Annotation tiers:
Annotation automatique
Annotation status:
automatique
Type:
presse écrite
Text type:
presse quotidienne régionale
Modality:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_D_C_201102.html
Text:
MONTAUBAN ( 82 ) - AU SCRIBE L' EXPOSITION DU PEINTRE ESPAGNOL SE TERMINE LE 22 NOVEMBRE Manuel Castro : une oeuvre métissée et énigmatique Il ne reste plus que quelques jours pour aller admirer les créations picturales du peintre espagnol Manuel Castro qui expose une partie de ses toiles à la librairie Le Scribe . Manuel Castro Castro fait partie de ces artistes que rien ne prédisposait à devenir artiste , si ce n' est , et ce n' est pas l' un des moindres , d' avoir du talent . Né en 1944 , le peintre est issu d' une famille de petits propriétaires du sud de l' Espagne . De traditions républicaines , cette famille nombreuse qui compte sept enfants , vécut des moments tragiques lors de la guerre civile espagnole . Manuel Castro est aujourd'hui le seul « rescapé » de cette famille . Si Manuel Castro n' a pas vécu ces combats fratricides , il en garde tout de même une mémoire familiale vivace . DESSINATEUR INDUSTRIEL Installé en 1952 à Barcelone avec ses parents , le jeune Castro , après un cycle d' étude classique , commence son insertion dans le monde du travail comme apprenti imprimeur . C' est peut-être là que lui vient le goût pour un de ses thèmes de prédilection : les affiches de l' entre-deux-guerres . Après une initiation au dessin , à la sculpture et à l' histoire de l' art à l' école des arts , il entre presque par hasard à l' école industriel de Barcelone où il obtient un diplôme de dessinateur industriel en ingénierie mécanique . C' est donc naturellement qu' il vient à la lithographie , lui qui a connu l' imprimerie en suivant les cours de l' école de Conja . On le voit sur son travail , l' homme est en perpétuel apprentissage . Voici plus de dix ans qu' il travaille au perfectionnement des techniques de dessin , de gravure , de peinture . Serait -il perfectionniste ou tout simplement un touche-à-tout ? UN VOYAGEUR INFATIGABLE A la fin des années « 60 » , il voyage beaucoup et décide d' étudier les paysages . Il installe son premier atelier de peinture à Majorque . C' est aussi à cette époque qu' il réalise sa première exposition à Barcelone et qu' il obtient une bourse de la Fondation des arts Castellbanch qui a son siège à Paris . Belle aubaine pour Manuel Castro qui , dès lors , s' intéresse et étudie le surréalisme dans la capitale francilienne , ainsi que les peintres académiques , tel notre artiste montalbanais Ingres . Mais l' artiste ne semble pas encore sûr de lui , il travaille en parallèle dans une entreprise d' optique depuis 1964 . Fin des années « 70 » , après un voyage aux portes du désert marocain , il plaque son travail pour fonder son propre bureau de dessin industriel et commence à graver intensément . Dans le même temps , Castro continue ses pérégrinations . Le voyage est l' une de ses sources d' inspiration , il traverse les Etats-Unis , le Mexique . Il entame ainsi de nombreuses créations picturales qui vont être exposées dans de nombreuses galeries européennes : Munich , Francfort , Bruxelles , et ce n' est finalement qu' en 1988 que l' artiste s' extrait enfin de sa chrysalide et se consacre essentiellement à son oeuvre , abandonnant toute autre activité professionnelle . Depuis 1990 , un certain nombre de collections importantes aux Etats-Unis , au Mexique , en France , en Espagne et en Allemagne ont acquis ses toiles et les exposent régulièrement . La Bibliothèque national de Madrid expose ses gravures et le musée d' art contemporain de Torrolla de Montgri a acheté trois de ses tableaux qui sont désormais exposés en permanence . Castro , artiste accompli et énigmatique , nous transmet ses rêves et ses souvenirs de voyageur inépuisable à travers l' exposition que l' ont peut encore aller voir à la galerie Brigitte Griffault , jusqu'à vendredi . Galerie Brigitte Griffault , ouvert du mardi au samedi de 9 heures à 19 heures , 115 , faubourg Lacapelle à Montauban , tél . 05.63.63.01.83 .