La Dépêche

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
La Dépêche
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne régionale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_D_C_290402.html
Texte:
BALMA ( 31 ) : SALON DES LITTÉRATURES FRANCOPHONES Ils ont écouté le français du monde La francophonie a son port d' attache à Balma . Sous l' impulsion de Marc Trillard , des auteurs qui partagent le goût , l' amour , la passion pour le français , se retrouvent dans la cité haut-garonnaise pour des rencontres où la richesse des locutions n' a pas d' égal que l' émotion qu' elles véhiculent . C' était aussi éloquent , cette année , avec la venue de francophones d' adoption , hongrois , américain , saoudien , vietnamien , allemand , haïtien . Lors de trois tables-rondes , une quinzaine d' écrivains ont raconté comment ils ont basculé dans le français , comment leur parcours a croisé notre langue . Les auditeurs , nombreux pendant les trois jours du salon , ont pu mesurer la diversité des approches , de l' adoption du français , ( langue de rupture , langue d' exil , langue de liberté ) , la difficulté aussi de vivre le bilinguisme en tant qu' auteur ... Eduardo Manet , président d' honneur du salon , a suscité beaucoup d' attention lorsqu' au café littéraire , il a évoqué ses rapports avec son pays natal , Cuba . Installé en France depuis plus de vingt ans , cet auteur protéiforme ( cinéaste , auteur dramatique , journaliste , écrivain ) vit dans l' obsession de retourner sur sa terre natale : « Je suis bien en France . J' écris et je parle en français mais je suis Cubain . Lors d' un récent voyage en Martinique , j' ai retrouvé l' ambiance de mon pays . J' écris actuellement un livre sur un violoniste cubain noir et j' aimerais bien aller là-bas .. » Eduardo Manet rappelle comment dans les années 70 , il s' est manifesté contre la dureté de la politique cubaine , comment , mitraillette à la main , il s' est battu pour défendre son travail de cinéaste : « J' étais révolutionnaire avant la révolution. » Eduardo Manet explique comment il a écrit un premier roman , poussé par la compréhension de ce qu' était Cuba et la révolution . Plus récemment dans « Amour d' exil » , il rapporte comment des révolutionnaires et marxistes s' opposent au régime cubain et aux dollars . Et l' écrivain de confier : « Depuis la chute du mur de Berlin , j' ai le désir de faire un point culturel avec Cuba. » Dès vendredi , le public était au rendez -vous du salon et les visiteurs étaient attendus nombreux , dimanche . Ecouter des auteurs dans une ambiance-bistrot , entendre des extraits d' ouvrages par des lecteurs amoureux du verbe , voir une danseuse flamenca ourler des lectures passionnées ou encore écouter chanter le vin dans une ambiance de java ... Il y avait beaucoup à déguster dans ces Rencontres du Livre et du Vin . Jusqu'à s' en griser .