La Dépêche

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
La Dépêche
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne régionale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_D_E_121102.html
Texte:
Passe à ton voisin ... La fermeture du centre d' hébergement de Sangatte devait constituer l' épilogue du drame de ces milliers d' immigrants clandestins bloqués dans leur fuite vers la Grande-Bretagne . Elle n' a fait que déplacer le problème comme en témoigne l' occupation , ce week-end , d' une église de Calais par une centaine de réfugiés résolus à ne pas rebrousser chemin . Hier Sangatte , aujourd'hui Calais , Bordeaux ou Lyon ... Ces malheureux continuent à être ballottés au gré des oukazes administratifs et des périgrinations des réseaux mafieux orchestrant les filières . L' ostentatoire détermination du gouvernement à juguler l' immigration clandestine , fût -elle de transit vers l' Eden anglais , montre ici ses limites . Sarkozy ne fait pas mieux que Vaillant , longtemps accusé de laxisme par les chantres du tout-sécuritaire . Et si , selon le mot de Michel Rocard Rocard , alors Premier ministre , qui avait tant offensé les bonnes âmes , « la France n' a pas vocation à accueillir toute la misère du monde » , force est de reconnaître qu' aujourd'hui notre pays , gare de triage ou terminus de dizaines de milliers de clandestins , révèle toute son impuissance à circonscrire ce fléau . Le renforcement des contrôles aux frontières , le durcissement des procédures de régularisation , le démantèlement de réseaux de passeurs , les accords bi-latéraux avec les pays de départ des émigrants n' y pourront rien . L' Europe prospère restera pour les crève-la-faim du monde entier ce que fut l' Amérique pour les miséreux du Vieux Continent au dix-neuvième siècle : la terre promise offrant la perspective d' une vie enfin décente . Il en va ainsi depuis la nuit des temps : dans la longue marche de l' humanité , les peuples oppressés et misérables ont toujours fui vers des contrées plus amènes . L' arsenal répressif le plus redoutable n' a jamais rien changé à l' affaire . Tout au plus a -t-il , ici ou là , ralenti le flux des courants migratoires . Aujourd'hui , l' addition des efforts des Etats adeptes du « passe à ton voisin » ne saurait constituer une réponse pertinente . C' est , pour commencer , à l' échelon européen que la lutte doit être engagée . Mais l' assourdissant silence de Bruxelles atteste de son impuissance à fédérer ses membres autour d' une action commune d' ampleur pour en finir avec les négriers des temps modernes . Face à la détresse des réfugiés , on aimerait aussi entendre le G8 si prompt à discourir sur les droits de l' homme . Au nom de la nouvelle gouvernance mondiale dont il se dit le porte-voix , il lui revient de promouvoir le partage des richesses avec les nations les plus démunies car , on le sait , ce n' est qu' en les aidant dans leur développement économique qu' on dissuadera les candidats à l' émigration clandestine . Mais en attendant cette prise de conscience universelle , il y a ce drame humain , ces pauvres hères plongés dans la détresse , perdus quelque part en France , dans l' attente d' un improbable sésame . Ceux -là méritent toute notre sollicitude . Au nom de valeurs de fraternité que la France a gravé au frontispice de ses maisons communes .