La Dépêche

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
La Dépêche
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne régionale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_D_E_130702.html
Texte:
Pour le principe On a peine à croire que la France , en fêtant le 14 -Juillet , célèbre une révolution qui l' avait placée en avance de son temps à la tête des pays libres . Ceux qui prirent la Bastille le 14 juillet 1789 avaient -ils conscience qu' ils écrivaient une page de l' Histoire universelle ? Certainement pas . Mais cette prise de Bastille est devenue plus emblématique que réelle , son image nous valant pendant des siècles , auprès de nos voisins européens , la réputation de sanguinaires coupeurs de têtes . Non pas que nous ayons , ce jour -là , guillotiné nos rois , mais cette condamnation d' un monarque qui n' en méritait pas tant , était incluse dans ce premier mouvement . La porte était ouverte à tous les excès , c' est vrai , à tous les héroïsmes aussi , à tous les espoirs de changement social . Le temps et la permanence de la République aidant , cette saga révolutionnaire s' est teintée d' une mythologie romantique qui a duré jusqu'à nous . Mais les couleurs d' Epinal de cette fresque républicaine dans laquelle certains d' entre nous ont grandi , voilà qu' elles pâlissent . Après les élections que l' on sait , et qui nous ont donné le grand frisson , ce 14 -Juillet sera -t-il l' occasion d' une reprise de flambeau ? Ou bien la fête nationale va -t-elle nous rendre à la routine des vacances , un héritage « front popu » devenu lui aussi un plaisir bourgeois ? Il est à craindre que le citoyen « lambda » consulte davantage Bison futé que l' esprit des lois où cet aristocrate de Montesquieu affirmait que « la liberté est le droit de faire tout ce que les lois permettent » ... Qu' en termes judicieux ces choses -là sont dites . D' avoir perdu la foi de la Foi , la foi en la Révolution , la foi en la Politique , peut -il nous dédouaner de croire en la liberté chérie chantée par notre Marseillaise nationale ? Liberté ? Que voilà donc un mot subversif et utopique ! Pourtant bien réel puisqu' il a fait couler tant d' encre et de sang . Et qu' il continue d' inspirer les juristes , les poètes et les chanteurs . Un mot donc qui nous fait marcher , chanter , hurler , qui nous divise et nous réunit , qui roule de siècle en siècle , porteur de toutes nos illusions et de toutes nos frustrations . Nous avons à réapprendre son bon usage , à moins de décider de vivre dans une île déserte comme le Misanthrope de Molière ... Benjamin Constant énonçait lui que la liberté politique était le garant de la liberté individuelle . Qui dira mieux ?