La Dépêche

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
La Dépêche
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne régionale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_D_E_160302.html
Texte:
PRESIDENTIELLE 2002 - EDITORIAL LA GUERRE DES DAMES La première Dame de France est -elle la première femme du pays ? On hésite à dire oui . Car c' est précisément parce qu' on ne les voit pas comme des femmes , mais comme des épouses et des mères , que les militants de tous bords les vénèrent comme icônes du pouvoir en place ou à venir . Hemingway rappelait qu' on reconnaissait la valeur d' un taureau à la valeur et au courage de l' épouse qu' il se choisissait dans les « marismas » andalouses . Laissons à ce machiste bon teint , grand écrivain de surcroît , la responsabilité d' une définition qu' il disait tenir de la sagesse populaire espagnole . Et rappelons plus simplement que chez nous , le général de Gaulle , à qui on proposait un ministère pour les femmes , lui qui leur avait donné le droit de vote , aurait rétorqué : « Et pourquoi pas un ministère du Tricot ? » Le pouvoir des premières Dames est un pouvoir par procuration . Il est peu fait donc pour satisfaire des coeurs exigeants . Marie-France Garaud , qui fut la femme la plus puissante du pays , sous la présidence de Georges Pompidou - les Américains eux- mêmes le reconnaissaient - avait déclaré qu' elle préférait se suicider au briquet à gaz plutôt que de se contenter d' un simulacre . Par temps de féminisme conquérant , de gauche comme de droite , on voit bien que la position est difficile à tenir . Et pourtant , ces dames -là sont tenues comme dans les tournois du Moyen Age d' entrer , elles aussi , en lice , de défendre les couleurs de ceux dont elles se réclament plus que jamais comme leur moitié , sinon comme leur doublure . Dans cette guerre en dentelles aussi veille que le pouvoir , les arguments de séduction ont changé . Il fallait jadis être l' irréprochable épouse de César . Irréprochable quitte à être cependant trompée , ça rajoutait à l' auréole laïque . Aujourd'hui c' est simple , on en demande un peu plus . Il faut de préférence donner dans l' humanitaire . Mais voilà qu' une nouvelle génération de femmes s' avance dans le sillage d' Hillary Clinton qui a passé haut la main toutes les épreuves infligées par son infidèle mari devant l' opinion publique . Ces femmes -là sont fidèles , et élégantes , et en plus elles sont intelligentes . Mais où va -t-on ?