La Dépêche

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
La Dépêche
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne régionale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_D_E_180803.html
Texte:
Coup de chaleur Une canicule comme nous en avons rarement connue , et c' est toute la France , démocratie tempérée , qui se prend de malaise . La chaleur et la sécheresse , les incendies , les restrictions d' eau , l' inquiétude des agriculteurs , les pannes diverses , la pollution atmosphérique ... Et , maintenant , les morts . Avec le tact habituel des statisticiens , on annonce en effet 20 % de décès supplémentaires qui seraient directement dus à la chaleur excessive , des médecins urgentistes vont jusqu'à parler d' hécatombe , quelques sommités craignent pour très bientôt un engorgement scandaleux des services d' urgences . Et puisqu' aussi bien la météorologie que la politique exigent un sens aigu de la prévision , des voix s' élèvent pour dénoncer la mauvaise « gestion de la canicule » par un gouvernement qui serait « aux abonnés absents » . Les ministres sont en effet pratiquement tous en congés , ils ont laissé à leurs divers conseillers le soin d' expédier les affaires courantes , mais , parmi celles -ci , l' inhabituelle chaleur dont on parle jusqu'à plus soif est devenue peu ou prou une affaire d' Etat . S' il n' y avait les morts - des personnes âgées notamment- , si l' on ne redoutait pas comme une lente désorganisation de tout le pays , on pourrait considérer qu' une telle polémique semble pour le moins superflue , et que , sur le coup , Jean-Pierre Raffarin ne peut être tenu pour entièrement responsable des températures sahariennes . Mais notre société est ainsi faite qu' elle refuse d' être confrontée aux rigueurs du temps , que le dysfonctionnement d' une climatisation s' apparente à une injustice sociale - nous tenons à notre traditionnel climat tempéré , qu' on nous le rende ! Dès lors , il semble urgent pour les pouvoirs publics de répondre à ce coup de chaleur qui , tout de même , dure depuis plus de deux mois . Plus grave toutefois , cette inquiétante « réunion technique » , tenue hier à l' Hôtel Matignon , sur de possibles réductions de la consommation électrique . Nos centrales nucléaires pourront -elles produire très longtemps une énergie qui nécessite de rejeter dans les fleuves , notamment le Rhône et la Garonne , des eaux dont la température dépasse les normes requises ? L' EDF et la ministre de l' Environnement affirment d' une seule voix que la dérogation momentanée , décidée hier dans l' urgence , n' aurait pas de conséquences écologiques . Vraiment ? Ou bien faudra -t-il en appeler au civisme des Français pour qu' ils réduisent eux-mêmes leur consommation d' électricité , et , en conséquence , la consommation de leurs ventilateurs ? Hier , autour de Nicole Fontaine , ministre déléguée à l' industrie , et de Roselyne Bachelot , sa consoeur de l' Environnement , seules en poste à Paris , on remarquait la présence de nombreux conseillers forcément compétents , mais encore l' absence de tous les autres ministres concernés . On ne veut être désagréable à aucun vacancier , mais , dans cette France qui transpire , le gouvernement ne pourra rester indéfiniment au frais .