La Dépêche

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
La Dépêche
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne régionale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_D_E_220403.html
Texte:
Préférence familiale Toutes proportions gardées , les 21 avril se suivent et ne se ressemblent pas chez les Le Pen . Il y a un an , Jean-Marie réussissait le plus joli coup de sa carrière politique en se qualifiant pour la finale de l' élection présidentielle . Hier , sa fille Marine a subi un revers cinglant de la part des militants qui l' ont rétrogradée dans la hiérarchie du comité central de son parti . Il a fallu que son père l' impose comme vice-présidente pour qu' elle décroche un titre digne d' une dauphine . Toujours prompt à dénoncer « l' oligarchie » de notre République , Le Pen ne rechigne pas à pratiquer le népotisme caractéristique des régimes autoritaires , foulant au pied , par la même occasion , la fameuse « méritocratie » dont il assaisonne ses discours . Au FN , la préférence familiale supplante la démocratie interne . Et le Pen voudrait nous faire croire que son parti est plus pur que les autres ! La guerre de succession y fait rage comme ailleurs . Car évidemment la contre-performance de Marine est signée Gollnisch qui se verrait bien à terme calife à la place du calife . Ces bagarres internes auraient de quoi réjouir les démocrates si la menace de l' extrême droite n' était pas toujours aussi pesante . Certes , selon un récent sondage , Le Pen ne ferait « que » 11 % si l' élection présidentielle se déroulait aujourd'hui . La politique menée par Sarkozy explique en grande partie cette relative baisse de régime du FN . Mais les raisons qui ont conduit l' électorat populaire à voter massivement pour Le Pen il y a un an n' ont pas disparu . La délinquance reste importante ; quant au chômage , il continue à grimper . Si ce double phénomène perdurait , mettant en lumière une fois de plus l' impuissance des responsables politiques , les électeurs seraient tentés à nouveau de faire confiance aux solutions simplistes et démagogiques de l' extrême droite . A l' heure où la succession de Le Pen se profile , bien que le vieux chef entende mener les prochaines campagnes régionale et présidentielle , le Front national pourrait se parer d' atours plus attrayants . Que ce soit Gollnisch ou Marine Le Pen qui prenne un jour les commandes du parti , le style sera différent , plus policé , moins excessif . Plus « acceptable » si l' on ose dire . Expurgé des provocations racistes et antisémites dont Jean-Marie Le Pen s' est fait une vile spécialité . Cette métamorphose que pourraient symboliser les deux prétendants à la succession n' en est pas moins dangereuse , car derrière la gouaille bon-enfant de Marine et les sourires rassurants de Gollnisch , se cachent toujours les mêmes vieilles thèses xénophobes et trompeuses . Comme quoi un FN peut en cacher un autre . A droite , certains commencent à s' en inquiéter . Ils redoutent que , dans l' avenir , le Font national n' empiète sur leurs plates-bandes en attirant à lui des électeurs que les dérapages calculés de Le Pen effraient actuellement . Ils craignent qu' un FN banalisé en surface , et qui aurait réussi à vaincre toute diabolisation , s' installe à la droite d' une UMP bien campée sur son créneau libéral mâtiné de centrisme . Preuve que si l' extrême droite a causé des dégâts à la gauche , elle demeure aussi un problème pour la droite .