La Dépêche

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
La Dépêche
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne régionale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_D_E_270502.html
Texte:
La raison du plus fort Si George Bush ne brille ni pour sa subtilité ni pour son sens du discernement , il a au moins une qualité . Indéniable . Il ne doute de rien . De passage à Paris , avant- dernière étape de son show diplomatique européen , c' est donc avec l' aplomb qu' on lui connaît qu' il s' enquiert auprès du président Chirac de la solidarité de la France dans sa croisade contre le terrorisme . Chemin faisant , Bush junior voudra s' assurer , lors de ses échanges privés avec Jacques Chirac , de sa bienveillante neutralité , dans la perspective d' une frappe américaine contre l' Irak . Au nom de Dieu , qu' il invoque dans chacun de ses discours à la nation , il se verrait bien , lui le « born again christian » Chrétien qui retrouve la foi par la révélation divine . en Saint-George Bush terrassant le dragon Saddam avec l' onction de la communauté internationale . Mais , pas plus qu' à Berlin et Moscou hier , qu' à Rome demain , ou qu' à Paris aujourd'hui , Bush n' obtiendra sur le vieux continent le blanc seing espéré en jouant de ses seules vitupérations contre « l' axe du mal » . Si nul ne conteste le bien-fondé d' une lutte sans merci contre la terreur , le monde , et l' Europe en particulier , sont en droit d' exiger de l' ami américain une gestion responsable et juste des enjeux économiques de cette « pax americana » que Washington veut leur imposer sur le plan militaire . Dans le domaine des échanges internationaux , en effet , les agissements de l' Amérique de Bush sont indignes d' une grande puissance auto-proclamée « gendarme du monde » . Car ce Bush qui plaide pour une sainte alliance contre le terrorisme est le même qui foule aux pieds les accords de l' organisation mondiale du commerce ( OMC ) en imposant des surtaxes iniques aux importations européennes ; le même qui , après avoir dénoncé les subventions de Bruxelles aux paysans européens , inonde les fermiers américains de fonds fédéraux , au risque de déstabiliser de manière dramatique les marchés agricoles mondiaux ; le même , encore , qui , sous la pression du lobby pétrolier dont il est issu et qui a généreusement financé son accession à la Maison Blanche , refuse de ratifier le protocole de Kyoto imposant la réduction des rejets de gaz à effet de serre aux pays industrialisés ; le même , enfin , qui cautionne des dictatures sanguinaires afin de préserver les intérêts économiques US . Bush ne peut raisonnablement espérer fédérer le monde libre avec des agissements tirés d' un mauvais western . Le texan ne l' a pas encore compris : si la puissance donne des droits , elle impose aussi des devoirs . A commencer par le respect des idéaux et des principes que l' on entend promouvoir et faire partager .