La Dépêche

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Filename:
La Dépêche
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Annotation tiers:
Annotation automatique
Annotation status:
automatique
Type:
presse écrite
Text type:
presse quotidienne régionale
Modality:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_D_E_281003.html
Text:
Les pots cassés de Bush Evidemment personne n' y avait pensé . Le carnage qui a fait une quarantaine de morts hier à Bagdad et la guérilla dont sont victimes les GI's depuis six mois résultent du triomphe américain en Irak . Heureusement que George W. Bush , en fin stratège , est là pour nous éclairer . « Plus nous enregistrerons de succès sur le terrain et plus les terroristes réagiront » , a -t-il déclaré sans rire . Il faut donc en conclure que la situation est parfaitement normale en Irak . D' ailleurs l' un des généraux de Bush , sûrement élevé au lait de la langue de bois de la Maison-Blanche , ne craint pas d' en rajouter dans le ridicule : « La situation est plus sécurisée qu' avant et elle évolue dans le bons sens. » Quant aux attentats , il y voit « le travail d' amateurs. » Civils irakiens-comble de l' absurde-et soldats américains ne paieraient pas de leur vie l' anarchie régnant en Irak , on pourrait s' esclaffer des balivernes du président américain et de ses sbires qui ne savent plus comment s' extraire du bourbier de Bagdad . Quels « succès sur le terrain » ? L' eau et l' électricité sont loin d' être rétablies partout . L' insécurité est galopante . Bush avait frappé l' Irak , soit-disant parce qu' il était un repère de « terroristes » . Ce pays n' a jamais connu autant d' attentats que ces dernières semaines . Et manifestement , ils ne sont pas tous l' oeuvre de desperados du régime de Saddam . L' Irak est en passe de devenir une plaque tournante du terrorisme de toute la région . Joli « succès » ! Certes Bush peut faire valoir que la conférence des donateurs , la semaine dernière , a permis de recueillir 13 milliards de dollars auxquels s' ajoutent les 20 milliards promis par les USA . Après avoir bafoué la communauté internationale pour lancer sa croisade , il en est réduit à l' appeler à l' aide , conscient qu' il n' a pas les moyens de terminer sa besogne . Car aux Etats-Unis , l' impopularité de la politique irakienne de la Maison-Blanche grandit et la démoralisation gagne les boys . Le spectre du Viet-Nam se profile , même si l' on n' en est pas encore là . Or , précisément , Bush sait que son pays n' acceptera plus que se reproduise une aventure aussi désastreuse . C' est pourquoi il pourrait retirer ses troupes d' Irak plus rapidement que prévu . Reste que l' ardoise risque d' être lourde . Des estimations de l' ONU et de la de la Banque mondiale chiffrent à 55 milliards de dollars les besoins de l' Irak pour la période 2004 - 2007 . Sans compter le coût de la présence de 140 000 soldats américains . Autant d' argent dépensé pour un pays qui recèle la deuxième réserve de pétrole du monde , voilà qui résume l' absurdité de la situation en Irak . Et l' Europe dans tout cela ? Il lui faudrait peser davantage sur les événements , surtout si elle est amenée à cracher au bassinet . Car comme tout le monde , elle a intérêt à ce que la situation se stabilise en Irak . Au risque de payer les pots cassés par Bush .