La Dépêche

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
La Dépêche
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne régionale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_D_F_280403.html
Texte:
CARCASSONNE ( 11 ) - ECONOMIE : DOUZE JOURNALISTES AMÉRICAINS SOUS L' AILE DE L' OFFICE DE TOURISME Tourisme : promotion audoise outre-Atlantique Qui a dit que les Américains ne pouvaient plus encadrer les Français ? On ne les a pourtant pas rêvé ces Texans profonds qui ont décidé de rebaptiser les french fries « freedom fries » . Le camembert boudé , le roquefort honni , les réservations dans les grands hôtels audois annulées ... « Nonsense ! » N' importe quoi proteste Dorothy D. Storck . Un verre de rouge de la Voulte Gasparets Cuvée Romain Poc dans la main , elle s' empresse de rectifier les rafales de tir qu' elle estime isolées et issues de la bouche de quelques compatriotes un poil manipulés . Cette « travel writer » de Chicago spécialisée dans le journalisme touristique est aussitôt relayée par une consoeur new-yorkaise qui elle n' a pas encore fini son verre de Chardonnay limouxin : « la plupart des Américains sont « open-minded » Ouverts d' esprit . La francophobie est le fait d' une minorité » . Nous voilà donc rassurés : la douzaine de journalistes américains promenés tout le week-end par l' office de tourisme dans le département , de la Cité à Caune-Minervois , en passant par une balade sur le canal du Midi et le château de Lastours , ne distilleront certainement pas de venin anti-français à leur retour aux Etats-Unis . DISSIPER LES MALENTENDUS Raymond Chésa qui a pris la peine de leur souhaiter officiellement la bienvenue samedi soir à l' occasion d' une dégustation au Cellier des Vignerons a veillé d' ailleurs à dissiper d' entrée les éventuels malentendus : « Malgré tout ce que l' on peut dire et entendre en ce moment , les Français aiment les Américains . Lafayette est venu chez vous et vous , vous nous avez libéré de la barbarie nazie en débarquant sur nos plages » . Mais si les douze journalistes américains ont traversé l' Atlantique pour passer le week-end dans l' Aude , ce n' était pas seulement pour être rassurés sur l' état des relations américano-françaises . A leur retour dans les rédactions de leurs magazines touristiques respectifs , ils consacreront quelques colonnes à l' Aude et c' est donc pour qu' ils ne puissent pas faire autrement que de vanter le département que l' office du tourisme les a promenés dans les environs de Carcassonne . L' idée étant de leur montrer qu' ici , on associe patrimoine et gastronomie . De quoi impressionner une civilisation récente ... Christiane , maîtresse de cérémonie du Cellier des Vignerons a donc terminé la dégustation par un Crémant de Limoux qui est tout de même le plus vieux brut du monde puisque son invention remonte au 16 e siècle et qu' il a donné naissance au champagne . Si avec tout ça , les Américains ne reviennent pas en force dans l' Aude ... « De toute façon , dans quelques mois , ils auront oublié l' Irak et les tensions avec la France . Quatre mois après le 11 septembre , la fréquentation était redevenue normale » se rappelle Philippe Miro , le chargé de promotion de l' office de tourisme . Espérons donc qu' ils aient une fois encore la mémoire courte .