La Dépêche

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
La Dépêche
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne régionale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_D_I_120203.html
Texte:
PRESTIGE . Le pompage du fioul serait la meilleure des solutions Selon le quotidien espagnol El Pais , les experts du comité scientifique mis en place pour conseillerMme le gouvernement espagnol sur la gestion du naufrage du pétrolier Prestige considèrent que le pompage des 50 000 tonnes de fioul restant dans le pétrolier serait la solution pour résoudre les fuites du Prestige qui continue à perdre au large entre une et deux tonnes de fioul par jour . Toutefois , sa viabilité dépend d' études complémentaires car elle va au delà des limites actuelles de la technologie en raison de la profondeur à laquelle se trouve l' épave . Le coût de l' opération est estimé à quelque 200 millions d' euros . Il n' a pas été possible de joindre mardi le comité scientifique afin de confirmer cette information . La deuxième solution envisagée au cas où la première ne pourrait pas être mise en pratique est celle d' ensevelir l' épave sous un sarcophage , vraisemblablement en béton . Toutefois , le colmatage réalisé par le Nautile est provisoire , dans l' attente d' une solution industrielle , et il ne devrait servir que pendant quelques mois à cause des risques de détérioration dûs à la corrosion et aux courants marins . Hier , à l' Assemblée Nationale , le ministre de l' écologie , Roselyne bachelot , s' est félicité de la solidarité entre marins français et espagnols car « 40 000 tonnes de fioul ont été ramassés en mer dans le Golfe de Gascogne » . Selon Mme Bachelot , 955 personnes étaient encore employées lundi à dépolluer les plages du littoral aquitain dont 355 sur les côtes des Landes . « On peut être pessimistes mais nous avons aussi des raison d' être optimistes » a estimé Roselyne Bachelot .