La Dépêche

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
La Dépêche
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne régionale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_D_I_120802.html
Texte:
ESPAGNE 10.000 PERSONNES AVEC BATASUNA , À SAINT-SÉBASTIEN Le Pays Basque sous pression En réunissant , 10.000 personnes , hier , à Saint-Sébastien , contre son interdiction , Batasuna peut considérer avoir atteint son objectif de mobilisation . Le parti indépendantiste basque l' avait organisée dans un climat très tendu , après la menace d' interdiction qui pèse lui à la suite des derniers attentats de l' ETA qu' elle a refusé de condamner . Considérée comme le bras politique de l' ETA , Batasuna entendait , plus que jamais , de faire la preuve de son audience . Si , dans la province , la violence est réprouvée , comme ailleurs , par une majorité de la population , cette dénonciation ne remet pas fondamentalement en cause une forte revendication autonomiste qu' incarne Batasuna sur l' échiquier politique . De fait , Batasuna a recueilli 143.000 suffrages ( ce qui représente 10 % de l' électorat ) et 7 députés aux dernières élections régionales basques de mai 2001 . Les manifestants , parmi lesquels la plupart des dirigeants du parti , ont défilé derrière une banderole sur laquelle était écrit en basque : « Halte au fascisme . Démocratie pour le Pays Basque » . Ils ont également scandé des slogans tels « La lutte est la seule voie » , « Donnez la parole au Pays Basque » , « Les Fascistes , c' est vous » , ainsi que des slogans en faveur de l' ETA . La manifestation s' est déroulée sans incidents majeurs , malgré des échanges d' insultes et quelques bousculades contrôlées par la Ertzaintza , la police régionale basque . Une tension palpable au moment où Madrid accélère le rythme de la mise à l' écart programmée de Batasuna , stigmatisé pour son refus de condamner les actes terroristes de l' ETA . Ce fut encore le cas , tout dernièrement , pour celui de Santa Pola , qui a fait deux morts dont une fillette de six ans . Une séance extraordinaire du Parlement espagnol est convoquée en urgence le 26 août , après l' accord conclu samedi entre le parti socialiste ouvrier espagnol ( PSOE ) et le gouvernement conservateur de José Maria Aznar . Il prévoit que le Parlement « adoptera une résolution demandant au gouvernement d' agir » pour mettre en marche le processus d' exclusion . Fort du soutien du PSOE , le gouvernement Aznar est assuré d' un vote massif du Parlement , donnant le coup d' envoi de la procédure .