La Dépêche

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
La Dépêche
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne régionale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_D_I_200503.html
Texte:
Monde . CASABLANCA - ALORS QUE LES 14 KAMIKAZES AUTEURS DES ATTENTATS ONT ÉTÉ IDENTIFIÉS Maroc : mobilisation générale pour le tourisme Marrakech . Un ciel mi-plomb mi-coton semble écraser les djebels à l' horizon , les murailles rouges de la ville rouge et la place Jema El Fnaa . 16 heures , 42 ° à l' ombre du parasol des charmeurs de serpents ... Les touristes ne s' arrêtent pas , filant droit vers l' ombre et la fraîcheur des souks , marchander poufs en cuir , lampes en fer forgé et babouches colorées . Groupes déversés par les charters et les bus de tous les grands tour-opérators européens , jet setters fortunés , trekkers de retour des déserts et des Atlas avec leurs visages plus rouges que les murs des kaskahs du Sud marocain : la fantasia bigarrée des touristes continue sur Jema el Fnaa au milieu des stands des presseurs d' orange , des joueurs de tambourins et les dresseurs de singe . Attentats ou pas . « Malgré la guerre en Irak , le printemps a été excellent et les touristes sont nombreux pour un mois de mai » , dit Saïd , sur le pas de son échoppe de souvenirs . Pierre , de Montauban et son ami Jean-Claude Bousquet , de Villemur , un oeil sur les boutiques , l' autre sur les éditions spéciales du Matin consacrées aux attentats , lui font écho : « Notre semaine de vacances à Marrakech s' achève . Nous avons été plus embêtés par la grève du 17 qui nous a fait perdre un jour à Blagnac que par ces événements » . Ces trucs -là , ça n' arrive qu' une fois » . Tout juste ont -ils remarqué un peu plus de vigilance autour de leur hôtel . Bernard Brun , retraité narbonnais , les pieds encore perclus d' ampoules après une semaine de marche sur les sentiers caillouteux de la vallée des roses serait presque touriste militant : « En ne venant pas , nous ferions le jeu des terroristes . Ces Marocains accueillants et courageux ne méritent pas cela » . Autour des piscines , dans les bus ou les Ryad , ces chambres d' hôtes à la mode , les attentats meublent les conversations , mais personne ne s' affole . Sur la place , quelques regards désapprobateurs accompagnent le passage de barbus en djellabahs . « Ils sont plus nombreux qu' avant , mais bien contrôlés » , concède Jamal , guide , « car , ici la deuxième police c' est la population , surtout à Marrakech , où l' on se connaît tous . Les arrestations montrent bien que les terroristes auront du mal à s' organiser au Maroc » . L' évolution rapide de l' enquête rend le directeur d' Accor Maroc , Marc Thépot , plutôt optimiste : « En dehors de quelques annulations et d' un effet d' attente sur les réservations , il n' y a pas de réaction négative . Nous avons renforcé les procédures de sécurité dans nos hôtels . Si les autorités maîtrisent la situation , l' activité sera normale dans moins d' un mois » . Le gouvernement a doublé les effectifs de police , mettant l' accent sur un contrôle dans les ports et aéroports , les lieux touristiques . Pour le ministre du tourisme Adil Douiri , « aucun pays ne peut se prévaloir du risque zéro pour le tourisme . Les voyageurs ont intégré cette donnée et pour ce qui est du Maroc , les grands oérateurs comme Fram , Accor ou Nouvelles frontières ont maintenu leurs programmes ; ils ont confiance en notre capacité de juguler le terrorisme comme la France a su le faire . C' est vital pour ce pays qui va se souder davantage » . Avec 4 , 5 millions de visiteurs , 600 000 emplois et 2 , 5 milliards d' & 226;& 130;& 172; de recettes , le tourisme est ici la deuxième source de richesse après le textile . L' ambition , c' est de doubler la fréquentation d' ici 2010 et le gouvernement demande à la population une « mobilisation générale pour le tourisme » . L' expression prend aujourd'hui tout son sens .