La Dépêche

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
La Dépêche
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne régionale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_D_I_201003.html
Texte:
ROME - ELLE A ÉTÉ BÉATIFIÉE HIER DEVANT 300 000 PÉLERINS Mère Teresa rejoint les saints La cérémonie de béatification a commencé depuis un quart d' heure quand , sur la façade de la basilique Saint-Pierre , se dévoile lentement l' immense portrait de mère Teresa de Calcutta . La bienheureuse , dans son sari , sourit à la foule . Voilà cette icône que la vox populi et la télévision ont déjà sanctifiée parmi des bienheureuses de l' église . Une clameur envahit la place Saint-Pierre et la Via della Conciliazone , couvertes par plus de 300 000 pèlerins . Dès 6 heures , Jeanine et Véronique Auguste , chapelets à la main , ont bravé la fraîcheur humide du matin bleuté de Rome pour s' asseoir face à l' autel pontifical . En Tarn-et-Garonne , elles sont bénévoles dans « l' humanitaire catholique » . « C' est un minimum dans ce monde qui vit dans l' égoïsme » dit Jeanine , J' aimerais souvent en faire plus . Comment voulez vous que mère Teresa ne soit pas un modèle » . Sa fille , Véronique , 34 ans , serait déjà en Inde parmi les missionnaires de la Charité si au retour d' une permanence humanitaire , elle n' avait manqué de perdre la vie dans un terrible accident . Elle marche et rejoindra Calcutta en 2004 . « Je suis motivée depuis longtemps . Ce sera un acte de foi , une action humanitaire et surtout beaucoup d' humilité . Pour moi , l' apport de l' église dans la vie quotidienne de notre époque , c' est la modestie , l' écoute de l' autre . Les valeurs de mère Teresa » . Des larmes ponctuent ses mots . Parfois ces paroissiens du monde applaudissent , agitent des drapeaux . Seul devant l' autel , assis au soleil sur son estrade mobile , Jean Paul II lit péniblement le début de son homélie dont il n' achève pas la lecture . Sur sa gauche , à la veille de leur consistoire , ont pris place les cardinaux au complet . Sur sa droite , les aubes et les mitres blanc cassé des prélats en fête contrastent avec les costumes noirs des personnalités . Au bras de son prince Philibert de Savoie , Clotilde Couraut paraît moins à l' aise que Mmes Chirac et Raffarin placées parmi les invités officiels . Les présentations de reliques et d' offrandes par de jeunes indiennes en sari varient les couleurs et brisent la monotonie des cantiques . DES PRIÈRES POUR L' AIDER Le Vatican a le sens de l' organisation . Deux siècles de pratique l' ont rodé à ces cérémonies majestueuses , colorées . Comme jeudi aux fidèles et samedi aux cardinaux , Jean Paul II demande des prières pour l' aider . Drapé dans une chasuble dorée , bras droit levé , il ressemble à une statue de cire quand il traverse la foule sur sa papamobile . Pour la première fois depuis 1981 , elle n' est plus équipée des protections de verre blindé . Comme si le pape voulait être plus près des siens à l' approche de l' adieu et du rappel à Dieu .