La Dépêche

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
La Dépêche
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne régionale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_D_I_211002.html
Texte:
REFERENDUM - PRÈS DE 63 % DES VOIX EN FAVEUR DE L' ÉLARGISSEMENT L' Irlande dit « oui » et sauve l' Europe du chaos institutionnel Les Irlandais ont dit un « oui » franc et massif ce week-end à l' élargissement de l' Union européenne lors d' un référendum de la dernière chance pour le traité de Nice . Un résultat accueilli avec soulagement à Bruxelles et par les dix pays candidats à l' UE . Le résultat s' apparente même à un raz-de-marée : le « oui » l' a emporté avec près de 63 % des voix et aucune des 42 circonscriptions irlandaises n' a voté contre ce traité nécessaire à l' élargissement . Il constitue une belle revanche pour les partisans de l' élargissement européen emmenés par le Premier ministre Bertie Ahern , qui avaient essuyé une défaite aussi cuisante qu' inattendue lors d' un premier référendum en juin 2001 . Cinquante-quatre pour cent des électeurs avaient alors voté « non » à un traité dont ils craignaient qu' il ne menace , entre autres , la neutralité militaire de l' Irlande , son économie et son influence à Bruxelles . Sans attendre les résultats définitifs , M. Ahern a salué le « oui franc » de ses concitoyens , qu' il avait appelés à ne pas manquer ce « rendez -vous avec l' Histoire » . Ces résultats ont provoqué un immense soulagement non seulement pour M. Ahern et son gouvernement , actuellement au plus bas dans les sondages , mais également à Bruxelles et dans les dix pays Pologne , Hongrie , République tchèque , Slovaquie , Slovénie , Lituanie , Lettonie , Estonie , Chypre et Malte candidats à l' UE dès 2004 . Il épargne aussi aux Quinze le chaos institutionnel qui menaçait de retarder le processus d' élargissement laborieusement négocié depuis plusieurs années . M. Ahern pourra donc se présenter la tête haute la semaine prochaine au sommet de Bruxelles . Les dirigeants européens , le président de la Commission européenne Romano Prodi en tête , avaient en effet répété à l' envi ces derniers mois qu' il n' existait aucun « plan B » en cas de nouveau rejet du traité de Nice par les Irlandais .