La Dépêche

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
La Dépêche
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne régionale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_D_N_121102.html
Texte:
INTEGRATION . Emploi des handicapés : encore des réticences Notre société est -elle capable d' accepter les handicapés comme des personnes à part entière et de leur faire la place qui leur revient dans le monde du travail ? Il semblerait que l' on soit encore loin du compte . Alors que se déroule la sixième édition de la « Semaine pour l' emploi des personnes handicapées » , un sondage Louis Harris réalisé pour l' Adapt ( Association pour réussir avec un handicap ) et l' Agefiph ( chargée de recueillir les fonds pour l' insertion professionnelle des personnes handicapées ) montre qu' un quart des entreprises de plus de 20 salariés et plus n' employe aucun handicapé . Or , la loi du 10 juillet 1987 leur fait obligation de compter parmi leur effectif , à plein temps ou à temps partiel 6 % de personnes handicapées ( reconnues par une commission d' évaluation , la Cotorep , accidentés du travail ou atteints d' incapacité égale à au moins 10 % , titulaires d' une pension d' invalidité , pensionnés de guerre et assimilés ) . Mais la loi fournit des échappatoires . L' entreprise peut , à la place , verser une contribution annuelle à l' Agefiph ou conclure des contrats de sous-traitance , de fournitures ou de prestations de service avec des ateliers protégés ( CAT ) ou encore trouver une entente au niveau de sa branche professionnelle . Pourtant , 87 % des entreprises employant des handicapés sont satisfaites de leur choix . Ce pourcentage monte à 97 % dans les entreprises de plus de 250 salariés . Toutes perçoivent ces travailleurs comme motivés et performants , possédant des qualités de contact et un esprit d' équipe . CONTRE LES IDEES REÇUES La sixième « Semaine pour l' emploi des personnes Handicapées » , organisée par l' Agefiph et l' Adapt , veut s' attaquer aux « idées reçues et modifier le regard porté sur le handicap. » Aussi , tous les partenaires de cette manifestation , dont la CFDT , la CGT et le Medef , appellent -ils à se mobiliser autour du slogan « Agir , c' est réussir » répercuté par une campagne d' affiches et des spots télé et radio diffusés du 11 au 17 novembre . Dans les régions , 80 manifestations feront passer le message . A Toulouse , demain , de 10h à 17h , au Parc des Expositions , se dérouleront les « Rencontres entreprises » . Y participeront des entrepreneurs , des partenaires de l' insertion et des étudiants handicapés . Cependant , un livre vient perturber ce bel enthousiasme . Accueilli de façon positive par l' Adapt et avec circonspection par l' Agefiph , « L' enquête interdite » « L' enquête interdite » . Editions Le Cherche midi de Pascal Gobry , en librairie depuis le 6 novembre , a semé le trouble et soulevé un tollé chez les associations qui gèrent les centres d' aide par le travail ( CAT ) pour handicapés dont l' auteur révèle qu' « elles reçoivent quinze milliards de fonds publics et ne sont jamais contrôlées. » UN LIVRE BRULOT Economiste , administrateur de l' Insee et ancien rapporteur de la COB , ( le gendarme de la Bourse ) , aujourd'hui secrétaire général d' un petit syndicat de hauts fonctionnaires , Pascal Gobry affirme : « Dans ces usines , le Smic est de 55 euros pour 39 heures , car seuls les moniteurs sont passés aux 35 heures. » Il ajoute que l' inspection du travail est compétente pour les seuls moniteurs et non pour les ouvriers de CAT qui « ne sont pas des salariés à ses yeux. » Il remet en cause la façon dont s' évalue le handicap , « non en fonction du handicap réel mais en fonction des places libres en CAT qui ne remplissent pas leur mission d' insertion. » Voilà qui a le mérite de relancer le débat et , peut-être , de le faire avancer pour le plus grand profit des handicapés .