La Dépêche

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
La Dépêche
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne régionale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_D_S_120102.html
Texte:
HAUTES-PYRENEES : LA COUPE DU MONDE DE FREESTYLE SE POURSUIT AUJOURD'HUI ENCORE À PIAU-ENGALY Moseley et Traa seigneurs des bosses Les premiers rayons de soleil effleurent le pic de Piau tout là-haut à 2.696 m . Rien ne laisse alors présager du déchaînement qui va avoir lieu dans la station . 9 h 30 et la sono du podium crache ses watts comme pour annoncer les départs des qualifications dames , puis hommes , avant la première finale prévue en début d' après-midi . Déjà la tension se fait sentir dans l' aire de départ . Les filles répètent leur descente et visualisent dans l' espace les figures à venir . Avant-dernière épreuve ( avant celle d' aujourd'hui ) , afin d' obtenir le sésame pour les Jeux Olympiques qui se dérouleront le mois prochain à Salt Lake City . Les compétiteurs savent que tout se joue sur les 28 ° d' inclinaison de la pente . Les places en finale sont chères puisque seuls les douze premiers de chaque catégorie seront qualifiés . Le départ est donné . Les premières filles s' élancent et , très vite , les « grosses cuisses » sortent du lot . La Norvégienne Kari Traa , championne du monde en titre , laisse loin derrière les autres filles . Grâce à une ligne respectée et une bonne attaque des bosses , elle prend une option sur la finale . Seules les Russes suivent le tempo en imposant trois représentantes . Pour les jeunes Françaises , la déconvenue est grande . Bérénice Grégoire , diminuée après sa chute à l' entraînement de mercredi , termine loin . Elle ne décroche que la trente-deuxième place . De son côté , Sandra Lahourra s' est accrochée vaillamment pour entrer de justesse dans le peloton de tête . Chez les hommes , les Français ne brillent guère . Après son run , Cédric Regnier-Lafforgue est pessimiste sur ses chances « Ça va être juste et pourtant je me sentais bien. » Il ne sera pas finaliste . En revanche , Richard Gay parvient à s' accrocher à une neuvième place , synonyme d' accession . Dans le groupe qualifié , on retrouve sans surprise les ténors mondiaux avec le champion olympique en titre , Jonny Moseley , auteur d' un passage sans prise de risque excessive . Dans ses talons , on retrouve Stéphane Rochon , le Canadien leader de la Coupe du Monde , ainsi que Jannelahtela , le Finlandais , quatrième du classement provisoire de la Coupe du Monde et son chef d' équipe Nikko Ronkainen , champion du monde en titre . LA DECONVENUE FRANÇAISE Pour Jean-Luc Brassard , le Canadien vainqueur des JO de 1994 , qui signe son retour , la manche décisive paraît incertaine . Après un premier saut abrégé par un croisé kosak ( les skis dans le dos ) croisé alors qu' il tente la quadruple manoeuvre , le « jeune vétéran » obtient son billet avec le sourire : « Je manque mon premier saut , mais ensuite je pose bien mes skis en accélérant. » Longtemps troisième de la finale , Jean-Luc Brassard se faisait sortir par la jeune génération . Impressionnants par l' ampleur des sauts , la vitesse de passage et les manoeuvres tentées , les finalistes bataillent ferme pour le podium . Tapio Luusua , le Finlandais longtemps premier , laissait sa place à son compatriote nordique , le Suédois Fredrik Fortkord . Une place qu' il va occuper un temps jusqu'à la descente de Jonny Moseley , des Etats- Unis . Dernier à s' élancer , l' Américain survole le débat d' une classe à la hauteur de sa prise de risque . Malgré des problèmes physiques , ce dernier s' impose avec 27 , 28 points ... « J' étais malade toute la nuit , mais je n' avais aucune pression puisque les qualifs pour le JO étaient presque envolées . Aujourd'hui , je me relance » Chez les filles , le podium , longtemps monopolisé par les Russes , a vu la suprématie de Kari Traa bouleverser le classement provisoire . Première au général de la Coupe du Monde , la Norvégienne aux yeux couleur du ciel s' impose avec ses 27 , 62 pts , devant la Russe Marina Cherkavosa et l' Américaine Shannon Bahrke . « Je n' ai pas peur de m' engager et je saute très haut » , conclut Kari . Sûrement la clé de son succès . Aujourd'hui , les champions auront l' occasion de s' affronter de nouveau . Cette fois , les Français auront à coeur de renverser la tendance .