L'Humanité

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Filename:
L'Humanité
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Annotation tiers:
Annotation automatique
Annotation status:
automatique
Type:
presse écrite
Text type:
presse quotidienne nationale
Modality:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_H_C_040103.html
Text:
Jean Ferrat . Quand Ferrat parle de ses invités Isabelle Aubret et Francesca Solleville : " Faire cette émission sans leur présence n' aurait pas eu de sens . Elles m' ont défendu envers et contre tous . Elles ont été interdites d' antenne parce qu' elles chantaient mes chansons . " Christian Paccoud et Bernard Joyeux : " Ces deux gars sont pour moi de vrais artisans de la chanson , les héritiers des grands chansonniers du XIXe et du XXe siècle . Ils chantent depuis des années . Jamais ils ne sont passés à la radio , jamais on ne les a vus dans une émission . Ils ont accepté de venir , bien qu' ils ne soient pas du tout fanatiques de la télévision . Ils ont leur monde , ils se débrouillent en chantant dans des petits cabarets . Ils ne pourront interpréter qu' une chanson , et c' est bien dommage : ces deux artistes ont un univers très riche . Je les connais depuis deux ans , et c' est un grand plaisir . En ne les programmant pas , on prive le public de ce plaisir . " José Bové : " J' ai soutenu les actions dans le Larzac dans les années soixante-dix . Alors pour moi , José Bové n' est pas un petit nouveau qui tombe de nulle part . C' est un militant dans l' âme . Toute sa vie , il a mené des batailles un peu aventureuses . Mais qui ont le mérite d' aboutir , puisque les questions qu' il soulève sont devenues à l' ordre du jour de la société . Et puis la bagarre qui se livre contre le rouleau compresseur des multinationales de la culture trouve un prolongement dans les batailles de José Bové avec la Confédération paysanne , qui se heurte dans son domaine à d' autres multinationales . Je me demandais si nous allions réaliser l' émission alors qu' il serait en prison . Mais apparemment , il ne va pas l' être tout de suite . Alors , je me jette aux pieds du président de la République . Grâce , Monseigneur ! " Ernest Pignon-Ernest : " Ernest est un ami avant tout . Et c' est aussi un créateur original . Sa démarche de peintre , sa volonté de rendre vivant ce qu' il peint me touche . Nous avons la même démarche artistique . C' est un frère . " Philippe Caubère : " Je l' ai découvert , il y a vingt ans avec son Ariane , l' âge d' or , où il jouait son aventure dans la troupe d' Ariane Mnouchkine . Son travail éclate aujourd'hui dans le grand public , et les grands médias ont cessé de le bouder . Ce n' est pas trop tôt . C' est un formidable talent d' acteur et une force comique , pour moi , inégalée . "