L'Humanité

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Filename:
L'Humanité
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Annotation tiers:
Annotation automatique
Annotation status:
automatique
Type:
presse écrite
Text type:
presse quotidienne nationale
Modality:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_H_C_040302.html
Text:
La 27e nuit des césars Un palmarès en équilibres Au Théâtre du Châtelet , samedi soir , à l' occasion de la 27e nuit des césars , le rideau s' est ouvert sur l' exception culturelle , force du cinéma français que saluait Nathalie Baye , présidente de la cérémonie , alertant ainsi le parterre de six cents invités dont le premier ministre Lionel Jospin : " Nous sommes le seul cinéma au monde qui ne s' est pas arrêté dans l' exercice de sa passion , malgré les fusions , les globalisations et autres menaces quotidiennes qui restent à venir . Continuons d' inventer , devait insister Nathalie Baye , ce sont nos traditions et en définitive ça ne nous a pas trop mal réussi . " Beaucoup plus tard , Frédéric Mitterrand , président de la commission de l' avance sur recettes , tenait des propos voisins , de nature à faire siffler la deuxième oreille de Jean-Marie Messier , patron de Canal + qui retransmettait la soirée . C' est trop peu , mais ne nous gâchons pas les plaisirs qu' Édouard Baer a si bien ordonnancés de son talent sans esbroufe , glissant le fil de son humour élégant entre les lignes des prompteurs pour faire surgir de vrais sourires des vagues de conventions et de moments attendus dont une telle manifestation clapoterait sinon . Et d' une émotion l' autre , nous voilà comme suspendus aux franges d' un tapis volant . De l' ovation magnifique qui devait accueillir Annie Girardot , césarisée pour son second rôle dans la Pianiste à celle , debout , que le public a dédiée à Danièle Darrieux , ses yeux de myosotis baissés et aux joues le rose de son étole . Il y eut d' autres déclarations d' amour , de jeux qui , sans tenir tout à fait du hasard , surent faire vibrer la corde sensible . La spontanéité de Robinson Stevenin , fils de Jean-François du même nom , le regard embué quand le plus jeune monte fêter son césar du meilleur espoir masculin et ses vingt ans de la veille . Des larmes encore , retenues sous les paupières de l' écrivain Tonino Benacquista récompensé pour Sur mes lèvres , le film de Jacques Audiard dont il cosigne le scénario , et qui recevra au total trois trophées , dont celui de " meilleure actrice " attribué à Emmanuelle Devos , radieuse . Rien pour son partenaire Vincent Cassel , qui avait pourtant donné une performance rare , mais le prix du meilleur acteur est allé , enfin , à Michel Bouquet pour la première fois de sa carrière , à soixante-dix-sept ans . Claude Lelouch aime Anouk Aimée , et c' est bien le moins . Fanny Ardant , venue récompenser Jeremy Irons , s' est livrée avec lui à un marivaudage conduit au pas de deux vers une très shakespearienne mise en abîme , du théâtre dans le théâtre du cinéma . Dans la télévision ajouterait Édouard Baer . Jamel Debouzze a taxé la statuette délivrée à André Dussollier , meilleur second rôle pour la Chambre des officiers . On a tous marché , même le récipiendaire . On a tous couru derrière le défilement en images de la carrière de Claude Rich qui n' a en effet pas volé le césar d' honneur que lui a remis son ami Jean Rochefort . Quant à Rachida Brakni , meilleur espoir féminin pour son rôle dans Chaos de Coline Serreau , elle a espanté tout le monde par son apparition de flamme rouge entre deux scènes de Ruy Blas qu' elle joue à la Comédie-Française . Photos , décors , montages , costumes , musiques , sons et lumières , la jolie Amélie n' a par bonheur pas tout raflé . Treize nominations et quatre prix tout de même dont celui du meilleur film et du meilleur réalisateur pour son créateur Jean-Pierre Jeunet . Quand on aime on ne compte pas , c' est vrai mais on peut regretter les mécomptes du film de Patrice Chéreau , Intimité , pas même effleuré par la gloire . Non plus que la Chambre du fils , chef-d'oeuvre de Nanni Moretti certes palmé à Cannes mais délaissé au profit des équilibres diplomatiques en faveur de l' Américain David Lynch avec Mulholland Drive . Mais puisque c' est du cinéma , ne ratons pas la prochaine séance .