L'Humanité

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Filename:
L'Humanité
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Annotation tiers:
Annotation automatique
Annotation status:
automatique
Type:
presse écrite
Text type:
presse quotidienne nationale
Modality:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_H_C_040403.html
Text:
Musique . Tanger en zone libre Adepte d' un rock expérimental , le groupe revient avec un album sous tension porté par une poésie de l' anti-séduction . Dans l' Amourfol , Tanger questionne la notion de music-hall tout en évoquant les tensions internationales . Sa façon de témoigner de l' état du monde . Trois ans après les orientalismes du Détroit , Tanger revient à des préoccupations en rapport avec son métier . " Le but du jeu est de questionner la notion de music-hall " , peut -on lire en exergue de l' Amourfol , le nouvel album du groupe emmené par Philippe Pigeard . Depuis ses débuts en 1994 , Tanger passe son temps à vouloir échapper aux étiquettes . Chanson ? Rock ? Peu importe les classifications . Le groupe aime se mettre en danger , trouvant l' inspiration dans l' art de la prise de risque , ce qu' Alain Bashung nomme " l' imprudence " . Marqué par le goût de l' expérience , avec ce troisième opus , Tanger reste inclassable , fidèle à un lyrisme rock emprunt de référents littéraires ( André Breton , Jacques Vaché ) . De quoi patienter avant le retour du groupe qui sera sur scène à Paris en juin , en prélude à une tournée cet automne . Qu' est -ce qui vous paraît intéressant dans la notion de music-hall ? Philippe Pigeard . Il me paraît fertile de remettre en question la notion de music-hall . Savoir ce que cela signifie à notre époque , si ça peut encore être utile , ce que cela représente dans notre monde . Pour moi , il rassemble beaucoup de choses , y compris des artistes comme Iggy Pop , Bowie ou Madonna . Il y a aussi d' autres choses qui ne se rassemblent pas dans le music-hall et que je mets dans la catégorie " produits douteux " . C' est tout ce qui n' a pas vraiment d' âme , de " spirit " , tout ce qui est une pure construction commerciale . Iggy Pop dans le music-hall , c' est osé ! Philippe Pigeard . J' ai une définition du music-hall assez vaste . Je le prends dans son premier sens : " halle de musique " . Iggy , pour moi , fait le même métier que Charles Trénet : il se produit devant un public , fait des chansons , va les représenter . Le music-hall n' est pas un style , mais plutôt un lieu , dans lequel on peut ranger quasiment tout le monde . C' est aussi une façon de dire : pas de barrière de genre . Nous , nous n' avons pas d' étiquette . Tanger , c' est plutôt une zone libre , même une zone internationale . On peut tout se permettre sur ce territoire , ne pas se dire : on fait du rock ou du rap . On fait du Tanger , à savoir notre musique . Nous nous situons en libres penseurs , en francs-tireurs , en clandestins . Cette position est -elle facile dans une société où tout est formaté ? Philippe Pigeard . C' est une position tout à fait raisonnable , préférable pour créer quelque chose . L' oeuvre devrait toujours essayer de dépasser les cloisons de l' atelier . J' espère que c' est le cas de l' Amourfol . Ça me paraît être un devoir que d' adopter cette attitude . Peu de gens pensent ainsi ... Philippe Pigeard . Si , il y en a , même si on ne les voit pas dans les médias . Manuel Joseph , par exemple , écrivain qui est en train de " défoncer " copieusement la grammaire de la langue française depuis son premier bouquin , Heroes are heroes , en 1990 ou 1991 , en pleine guerre du Golfe . Pour moi , il y a un avant ce livre et un après . C' est comme Olivier Cadiot , un autre exemple , bien que lui ait accès aux médias . En photographie , il y a aussi Jean-Luc Moulène . Tous ces gens sont dans l' anti-séduction , dans l' anti-divertissement . Être un artiste en 2003 ? Philippe Pigeard . Ça n' a pas beaucoup changé par rapport à il y a mille ans . C' est la même vie dissolue , la même recherche d' élan , d' accord . Pendant dix ans , j' ai eu l' impression que je pouvais fomenter une révolution chez moi , sans jamais être emmerdé . Depuis neuf mois , il y a Sarkozy et je trouve qu' on est beaucoup moins tranquille . À Noisy-le-Sec , mairie communiste depuis des années , la ville est passée à droite . Après quelques mois d' UMP , au centre régional d' art contemporain de la ville - où l' on devait réaliser une performance avec des poètes - , la fille qui s' occupait de la programmation a eu un audit sur le dos . Peu après , elle était virée , et plus aucun programme d' art contemporain . La position de l' artiste en 2003 , ça commence à être ça aussi . Donc , on est fatalement en état de lutte . Ça va devenir plus acerbe . Pendant des années , on pouvait faire n' importe quel truc sans se sentir fliqué . Pourquoi , selon vous , le titre le Petit Soldat n' est -il pas programmé par les radios ? Philippe Pigeard . Leur position est de dire : " On aime le titre , on est convaincu que ça va marcher , mais on est désolé , ce n' est pas compatible avec les programmes sur la guerre . " Pour moi , c' est une censure administrative . Je ne comprends pas . Si il y a une place , pour la guerre , c' est bien dans les oeuvres et pas dans le monde . C' est à nous , artistes , de la traiter . Ce qui leur pose un problème , c' est de chanter " C' est la guerre , c' est la guerre " . Or , ça existe maintenant , et ici . C' est comme évoquer la guerre via la voix d' un pilote dans Air Task Order . Pour moi , le pilote salarié par l' ONU qui va bombarder des villes à 12 000 mètres , avec de grosses erreurs - genre la bibliothèque de Sarajevo , 5 000 ans d' histoire de notre continent qui partent en fumée sous les bombes américaines - c' est une figure emblématique d' une société super administrée . Les mecs ont des protocoles répétés au moment de larguer la bombe . Qu' est -ce qui se passe dans leur tête , comment le vivent -ils ? Là , je me suis inspiré du témoignage d' un des deux pilotes français abattus en territoire serbe pendant la guerre de Bosnie . Tout le texte , quasiment , ce sont ses mots . Que vouliez -vous signifier ? Philippe Pigeard . Que le front est partout , que tout le monde est au front , que , depuis le 11 septembre , ça peut nous tomber dessus . La guerre a changé de nature , la condition humaine a changé depuis ces événements . On est sous la menace permanente : ça peut péter partout , pourquoi pas à Londres , pourquoi pas à Paris ... C' est une chanson qui essaie de réfléchir à cette histoire de fabrication du mal . Et Jacques Vaché , auquel vous faites référence ? Philippe Pigeard . Jaques Vaché , à dix-huit ans , était capable d' écrire dans les tranchées à Verdun : " Je suis assez mal portant , vis dans un trou perdu entre des chicots d' arbres calcinés , parfois un obus parabolique tousse et se tait . " Il a écrit ça très jeune . Ça m' a toujours marqué . André Breton a été beaucoup impressionné par Vaché et sa notion d' " umour " ( sans h ) , pour fonder le surréalisme . J' ai écrit le Petit Soldat parce que j' ai un fils de douze ans , que je joue avec lui , avec mes anciens Actions Joe , que lui a ses Action Man . Je me suis interrogé là-dessus . Il se trouve que les événements ont rattrapé la chanson . Ce n' est pas aisé d' écrire sur des thèmes aussi graves ... Philippe Pigeard . Je soulève juste des questions . J' espère que ce disque , comme je l' ai toujours espéré des projets de Tanger , donnera des émotions , même si nous appartenons au monde du divertissement . J' aimerais qu' il y ait un pas supplémentaire franchi , et qu' on pose aussi des questions sur notre condition humaine . Je suis trentenaire , vivant ici et maintenant . Je me nourris de ce que je peux vivre et j' essaie d' offrir aux gens un éclairage , une clé de langage . Album l' Amourfol , chez Mercury / Universal .