L'Humanité

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
L'Humanité
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_H_C_040602.html
Texte:
Moby lunaire Considéré comme la première star de la techno , Moby s' est révélé en 1991 avec le tube Go , extrait de son premier album Mobility . Moby - un nom choisi en hommage à l' auteur de Moby Dick , Herman Melville , dont il dit être le descendant - n' est pas seulement un DJ inspiré . Il est aussi un adepte de concerts spectaculaires . En témoignent certains shows de jeunesse où on l' a vu se jeter dans la foule , grimper aux enceintes avant de détruire platines et tables de mixage sous un déluge de bpm ( battements par minute ) . Mais Moby est surtout un excellent créateur de musiques électroniques passées au filtre de ses différents samples . Michael Jackson , Metallica et d' autres ont déjà fait appel à ses talents de remixeur et il n' est pas rare que ses morceaux soient utilisés pour le cinéma . Originaire du Connecticut , il a appris la guitare à l' âge de dix ans , puis a fait partie des Vatican Commandos , formation adolescente punk-hardcore issue du collège . Dans les années 1980 , il s' est familiarisé avec la dance music , en tant que DJ pour différents clubs branchés , parallèlement à des études en philosophie , répétant dans des usines désaffectées . Après Play , précédent enregistrement vendu à 10 millions d' exemplaires dans le monde , il revient avec 18 , dont le titre a tout simplement été retenu en fonction du nombre de morceaux composant l' album . Loin de rompre avec ce qui constitue sa marque de fabrique depuis ses débuts , Moby continue d' y explorer un univers lunaire aux accents planants . Ses paysages numériques ont quelque chose de mélancolique qui touche à l' émotion , chose rarissime dans le domaine des musiques électro . Une galaxie où cet ancien punk privilégie des ambiances chaudes ou fragiles selon l' humeur . Le musicien , qui habite à New York , a vécu de près les événements du 11 septembre . Depuis , il a l' impression d' une " dégénérescence " urbaine qui " flotte en permanence sur cette ville " . Sentiment de chaos que l' on retrouve par moment dans cet enregistrement , impression de solitude aussi pour ce célibataire qui avoue n' avoir aucune attache affective afin de se sentir libre de tout quitter du jour au lendemain . Au milieu de ses machines , ses climats aériens aiment s' envoler sur fond de nappes de synthétiseurs , pour mieux servir l' imagination . Telle est la manière de celui qui joue de toutes les parties instrumentales , de prendre de l' altitude . Si le plaisir de ce nouvel album n' est pas immédiat , une écoute approfondie convainc finalement de la portée de l' ensemble . Qu' il emprunte à David Bowie pour les besoins de son single ( We Are All Made Of Stars ) , invite Sinead O'Connor ou Angie Stone procédant à de savants collages de voix féminines de blues , c' est finalement le rêve qui l' emporte ici à travers une techno aussi minimale que mélodieuse . Moby , c' est sûr , fait désormais partie des incontournables de toute discothèque .