L'Humanité

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
L'Humanité
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_H_E_040402.html
Texte:
Hier à Bethléem La question n' est plus de savoir si le gouvernement israélien doit cesser sa sauvage offensive , mais quand et comment ? Hier , un jeune écolier palestinien a été fauché par trois balles israéliennes , devant sa maison , dans le misérable camp de réfugiés de Jénine : il avait treize ans . Hier , un des hauts lieux de la chrétienté , la basilique de la Nativité de Bethléem , d' où est parti l' un des plus puissants messages d' amour des hommes puisque le Christ est censé y être né , était pris dans la fureur des armes et dans la ligne de mire des canons d' une compagnie de chars israéliens : des Palestiniens y ont trouvé un refuge naturel , sous la protection du patriarche catholique de Jérusalem . Hier , le président de la Commission européenne , Romano Prodi , a lancé un appel à une conférence internationale pour le Proche-Orient en précisant que l' Autorité palestinienne de Yasser Arafat est " le seul interlocuteur possible " : le gouvernement de M. Sharon a aussitôt et sèchement rejeté cette invitation . Hier , le président palestinien vivait un nouveau jour d' une situation incroyable qui relève d' un défi historique à toute la communauté mondiale : élu par son peuple , reconnu en tant que tel par l' ONU , Yasser Arafat est le seul leader de la planète à être prisonnier d' une force d' occupation sur son propre territoire , réduit au dénuement le plus extrême , et sommé de choisir entre la valise ou le cercueil . Hier enfin , et c' est la seule lumière de la raison , du courage et de l' espoir qui ait brillé dans cette sinistre chronique quotidienne ordinaire de l' inqualifiable agression armée , hier donc , 2 000 pacifistes juifs et arabes , admirables de détermination , accompagnés de camions chargés de médicaments et de produits alimentaires pour les assiégés de Ramallah , ont fait face aux soldats et aux blindés du général Sharon . Il faut toujours beaucoup de vaillance pour proclamer la paix sur un champ de bataille . Mais au bout du compte cette vaillance -là a toujours raison ... La question , aujourd'hui , n' est plus de savoir si le gouvernement israélien doit cesser sa sauvage offensive au coeur même des territoires palestiniens . Elle est de savoir quand et comment ? D' autant qu' il apparaît clairement que l' objectif stratégique d' Ariel Sharon , en démantelant les institutions et les bien modestes structures de l' Autorité palestinienne , vise à " liquider " sa direction politique autour de Yasser Arafat : certains cercles dirigeants israéliens ne cachent pas que la popularité , l' autorité et la notoriété de la cause palestinienne , dans le monde , et pas seulement dans le monde arabe , sont un obstacle à leurs desseins . Il s' agit donc de la disqualifier en jetant l' opinion publique palestinienne , humiliée , crucifiée et désespérée , dans les bras des fanatiques islamistes du " Hamas " . Toute la presse ou presque a remarqué la mansuétude des unités militaires israélienne pour cette organisation dont le chef cheik Yassine vaque à ses occupations et répond , en toute tranquillité , aux sollicitations des télévisions américaines , alors que Yasser Arafat a été isolé du monde . Cette " alliance objective " Sharon-Yassine est d' autant plus cynique que d' innocents Israéliens désarmés sont la proie des attentats hideux qui sèment aveuglément la mort et le malheur . On sait par ailleurs qu' il suffirait de quelques claquements de doigts du président des États-Unis et de garde-à -vous sonores de quelques généraux américains pour faire rentrer M. Sharon dans " le cercle de la raison " . Certes l' Europe exprime - et hier encore - beaucoup de bonne volonté verbale et diplomatique pour mettre un terme au règne déclaré de la force . C' est positif . Mais met -elle assez sous la pression Washington ? On a bien vu , en d' autres temps et en d' autres lieux , les États-Unis très chauds partisans de forces d' interposition dans les conflits . C' est ce dont a besoin d' urgence le Proche-Orient . De plus la tension monte à nouveau dans toute la région . La coalition qu' avait construite George W. Bush en octobre dernier se fissure en particulier dans les États musulmans . Et le pourrissement par le sang du " dossier palestinien " ne peut qu' accroître un peu partout dans le monde le plus explosif des sentiments : celui de l' humiliation . Il faudra bien qu' un jour le peuple israélien , assuré de sa sécurité absolue , et le peuple palestinien , assuré de sa souveraineté et de sa dignité , voisinent en paix . Et longtemps .