L'Humanité

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
L'Humanité
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_H_E_200303.html
Texte:
Froid dans le dos ( Pour l' administration Bush , la guerre n' est pas un pis-aller , mais une arme à part entière pour pérenniser la domination américaine sur le monde . ) Hier , en fin d' après-midi , le monde entier restait suspendu à l' insupportable compte à rebours décrété par Washington . Les États-Unis frapperaient -ils l' Irak aussitôt expiré l' ultimatum fixé par George W. Bush à Saddam Hussein ( à deux heures du matin heure française ce jeudi 20 mars ) ? Décideraient -ils au contraire d' attendre encore un peu pour déclencher le feu , " à l' heure de notre choix " , selon la formule du président américain ? Depuis cette dernière déclaration de Bush , une chose est certaine : le départ de Saddam Hussein n' est , pas plus que le désarmement de l' Irak , le véritable objectif de guerre américain . Un porte-parole de la Maison-Blanche l' a clairement indiqué quelques heures après le discours présidentiel : même si Saddam Hussein quitte le pays , les troupes américaines envahiront le pays . L' hypocrisie , une de plus , est levée . La prise de contrôle total de l' Irak , de ses ressources pétrolières , de la plate-forme stratégique qu' il constitue dans la région sont les seuls buts de cette opération militaire sans précédent . Ce que nous mettons en lumière dans cette édition des plans américains d' occupation de l' Irak , de mise en coupe réglée du pays , de la personnalité des futurs gouverneurs programmés ne fait qu' ajouter à l' extrême inquiétude suscitée dans le monde entier par ce coup de force de la puissance américaine . C' est sans vergogne , au mépris du droit international , de la très grande majorité des opinions publiques , de la plupart des États membres de l' ONU , et même d' une partie de leurs alliés que les États-Unis entendent aujourd'hui disposer leurs pions sur la planète . Non seulement l' administration américaine n' a pas l' intention de renoncer devant les oppositions que sa stratégie de toute puissance provoque , mais il semble même qu' elle les ait intégrées , tirant la leçon que seule la marche forcée vers ses objectifs serait viable . Pour l' administration Bush , la politique de force n' est pas un pis-aller , mais une des armes à part entière que l' hyper puissance américaine doit utiliser pour renouveler et pérenniser sa domination sur le monde . L' ambition de cette guerre américaine va bien au-delà de l' Irak et du pétrole . Les États-Unis ont conscience que grandissent de puissants mouvements de contestations face à l' extension combinée du pouvoir des marchés et du pouvoir américain . Ils veulent briser cet élan , diviser les résistances pour mieux continuer à régner . Un spécialiste américain de l' institut de recherche conservateur , The Heritage Foundation , John Hulsman , théorisait récemment cette stratégie et résumait en quelques mots le " nouveau réalisme " de la politique américaine : " Les États-Unis agissent de manière multilatérale quand c' est possible , et unilatérale quand c' est nécessaire . " Ce " réalisme -là " fait froid dans le dos . Il nous dit l' enjeu de la guerre irakienne pour Washington : faire accepter au monde l' ordre imaginé par le seul empire américain , quoi qu' il en coûte . C' est une terrible politique pour les peuples de la planète . Rien ne saurait conduire à l' accepter . Le combat pour la paix reste la seule voie possible . Au nom d' un autre monde .