L'Humanité

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
L'Humanité
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_H_E_280302.html
Texte:
LE DEUIL Ces innocents sont morts en exerçant sans bruit la plus noble de leur mission , le service des autres . Louisa , Christian , Jacotte , Monique , Olivier , Valérie , Michel et Pascal : ils sont nos frères et nos soeurs de Nanterre , dont nous ne cesserons plus de porter le deuil , nos voix étranglées , nos coeurs déchirés et nos âmes glacées d' effroi . Ces innocents - de modestes conseillers municipaux , dévoués , sérieux , humbles - sont morts en exerçant sans bruit la plus noble de leur mission , le service des autres , et dans l' une des plus belles maisons qui soit , l' Hôtel de Ville , la plus belle parce qu' elle est la maison de tous . Nos pensées vont à ceux , quels qu' ils soient , qui sont dans la peine ou dans l' angoisse que partagent tout un peuple et toute une nation . On comprendra qu' une émotion toute particulière étreigne les communistes et leurs amis : l' histoire de la ville de Nanterre , fichée au coeur de l' univers populaire de la banlieue , fait partie de leur histoire . Et le mot " camarade " , n' est pas un vain mot .... Toutes les informations rendues publiques par les enquêteurs depuis hier convergent vers l' hypothèse d' un acte de folie meurtrière de Richard Durne . Ses réponses aux policiers qui l' interrogent , les événements connus de sa vie de tous les jours et l' examen rapide de sa personnalité n' apportent pas d' indication claire et rationnelle sur son geste atroce : il semble avoir eu à la fois des préoccupations " humanitaires " et le culte des armes auquel il s' adonnait dans un club de tir . On est tout de même frappé par la minutieuse préparation de son crime et la froide détermination de son déroulement . Le tueur s' était armé de pistolets très sophistiqués à l' efficacité redoutable et avait affecté une maîtrise de lui-même parfaite pendant les travaux du conseil municipal . D' après l' enquête , Richard Durne aurait menacé le personnel d' un dispensaire en 1998 : cet événement a -t-il été l' objet d' investigations policières ? Et si c' était le cas , comment a -t-il pu disposer , depuis , d' un permis de détention d' armes en bonne et due forme ? Et quelles armes ... ! L' appartenance à un " club " de tir - qui n' est pas fréquenté que par des enfants de choeur - suffit -elle donc , en fait , pour l' obtention d' un " port d' armes " officiel ? Ces questions restent jusqu'ici sans réponse ... La démence est un état dans lequel un homme peut s' engloutir . Mais quel détonateur a pu enflammer la matière première du moi jusqu'à l' incendie du meurtre ? Évidemment on se perd en conjectures . Mais affluent depuis hier à la mémoire les scénarios tragiques , en particulier aux États-Unis , qui mettent en scène un homme ouvrant le feu au hasard dans une école , devant un supermarché ou sur une place . Gavées d' images de violence , qui ont trop souvent pour alibi trompeur de lutter contre la violence , les sociétés modernes jouent avec le feu de tous les déséquilibres et toutes les fragilités individuelles . Les apprentis sorciers de la haine aussi , et ils se font légion depuis quelque temps . La tragédie de Nanterre est -elle le symptôme du " monde sans âme " où nous vivons ?