L'Humanité

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
L'Humanité
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_H_F_041102.html
Texte:
Lâchée par le gouvernement , Air Lib licencie Transport aérien . La timidité du gouvernement à plaider la cause d' Air Lib à Bruxelles accélère le crash de la compagnie aérienne . Alors qu' il s' était engagé à réduire la voilure de la compagnie aérienne sans licencier , le président d' Air Lib , Jean-Charles Corbet Corbet , s' est résolu à soumettre au gouvernement un plan de restructuration prévoyant quelque 500 licenciements , soit 20 % de ses effectifs , présenté comme sa seule et dernière chance de survie , à la grande colère des syndicats . " C' est un choix contraint . Si Bruxelles l' impose , on n' a pas le choix " , justifie Jean-Charles Corbet . En fait , un feu de vert de Bruxelles est indispensable pour pouvoir transformer un prêt public de 30 , 5 millions d' euros , accordé par le précédent gouvernement de Lionel Jospin , en aide à la restructuration , ce qui permettrait à Air Lib d' obtenir un sursis . La date butoir de remboursement est fixée au 9 novembre , et la compagnie n' a pas l' argent pour payer . " Nous ne voulons pas 500 licenciements , c' est un scandale , on revient d' un plan social " , celui de juillet 2001 où plus de 1 400 salariés avaient été licenciés , réagit Gilles Nicoli , délégué central CFDT . Paul Fourier , délégué CGT , ne cache pas non plus sa colère , dénonçant " l' énorme mépris " dont font preuve le gouvernement et la direction envers les salariés . Le plan prévoit le licenciement de quelque 350 personnes en France , et de 80 à 100 dans les Antilles . Il correspond à la réduction des capacités décidée par le groupe sur sa desserte vers les Antilles , qui souffre d' une chute du trafic . En réduisant l' offre , la compagnie veut assurer un remplissage élevé de ses avions . Au total , entre 500 et 600 postes seront supprimés sur l' effectif de la seule compagnie Air Lib ( 2 500 ) . Avec ses filiales , le groupe compte environ 3 200 salariés . La direction espérait pouvoir éviter cette extrémité en ouvrant d' autres lignes vers l' Afrique ( Côte d' Ivoire , Mali , Burkina ) , et en transférant du personnel sur ces activités , explique Jean-Charles Corbet . Mais " notre demande de nouveaux droits de trafic sur l' Afrique n' est pas compatible avec une aide à la restructuration " , regrette -t-il en espérant que l' État ira défendre à Bruxelles le projet modifié . " On fait en sorte que le plan de restructuration soit euro-compatible " , dit -il . Mais le gouvernement demeure inflexible . Interrogé sur LCI à propos d' Air Lib , le ministre du Travail et des Affaires sociales François Fillon a déclaré : " Je crois qu' on n' est plus dans une situation où l' État peut aider des entreprises à passer des moments difficiles , parce que ce n' est pas souhaitable dans l' économie ouverte qui est la nôtre , et ça n' est pas efficace . " Le ministre des Transports Gilles de Robien a affirmé dans un même concert hier que " l' État ne peut pas porter à bout de bras une entreprise privée dans ces conditions " . Réagissant à ces considérations , Jean-Claude Gayssot , l' ancien ministre communiste des Transports qui s' était employé à l' époque pour sauver Air Lib du crash ( voir l' Humanité du 24 octobre ) , demande au gouvernement d' " aller devant la Commission européenne et se battre pour permettre à Air Lib de repartir " . Dans le Parisien , il estime qu' il " serait dommageable que l' État ne mette pas tout son poids pour contribuer à son développement . Le gouvernement demande 500 suppressions d' emplois . Ce qui posera un réel problème social . En outre , ce plan va coûter 50 millions d' euros , qui seraient mieux utilisés s' ils restaient investis dans la compagnie " . Le patron d' Air Lib , ancien pilote syndicaliste d' Air France , sait que les syndicats refusent ce plan . " Mais le personnel d' Air Lib aura -t-il le choix ? Ou je me coupe la main , ou je disparais " , dit -il .