L'Humanité

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
L'Humanité
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_H_I_040103.html
Texte:
Brésil Tel quel " La société a décidé qu' il était l' heure ! " Voici les principaux extraits du discours-programme prononcé par le président Luis Inacio Lula Da Silva durant les cérémonies de son investiture . Il est nécessaire aussi d' investir en capacités technologiques et en infrastructures tournées vers l' élargissement de la production ( ... ) . Le Brésil est un pays immense , un continent de grande complexité humaine et sociale , de près de 175 millions d' habitants ( ... ) . Si nous voulons le transformer , afin de vivre dans une nation où tous peuvent marcher la tête haute , nous devrons exercer quotidiennement deux vertus : la patience et la persévérance ( ... ) . Mais nous commencerons à changer tout de suite , parce que comme le dit la sagesse populaire , un long chemin commence par le premier pas ( ... ) . Je désire , avant toute autre chose , convoquer mon peuple à une grande mobilisation civique , à la grande mobilisation nationale contre la faim . Dans un pays qui compte avec tant de terres fertiles et tant de gens qui veulent travailler , il ne devrait y avoir aucune raison de parler de la faim . Pourtant , des millions de Brésiliens , à la campagne et en ville , dans les zones rurales les plus désemparées et à la périphérie urbaine se trouvent en ce moment sans rien à manger ( ... ) . C' est une histoire ancienne . Le Brésil a connu la richesse des raffineries et des plantations de canne aux premiers temps de la colonisation , mais n' a pas vaincu la faim . Il a proclamé l' indépendance , aboli l' esclavage , mais n' a pas vaincu la faim ; il a connu la richesse des mines d' or et de la production du café , mais n' a pas vaincu la faim ; il s' est industrialisé et a forgé un notable et diversifié parc productif , mais il n' a pas vaincu la faim . Ça ne peut pas continuer ainsi . Tant qu' il y aura un frère brésilien ou une soeur brésilienne affamé , il nous restera des motifs pour nous couvrir de honte ( ... ) . C' est une cause qui peut et qui doit être de tous , sans distinction de classe , de parti , d' idéologie . Devant la clameur de ceux qui meurent flagellés par la faim , doit prévaloir l' impératif éthique de rassembler les forces , les capacités et instruments pour défendre ce qui est le plus sacré : la dignité humaine . Pour cela aussi , il sera indispensable de faire une réforme agraire , pacifique , organisée et planifiée . Nous allons garantir l' accès à la terre pour ceux qui veulent travailler , non seulement pour une question de justice sociale , mais pour que les champs du Brésil produisent et amènent plus d' aliments sur nos tables à tous ( ... ) . Nous allons soutenir l' agriculture familiale , le coopérativisme , les formes d' économie solidaire , elles sont parfaitement compatibles avec notre appui vigoureux à l' agriculture vivrière d' entreprise , l' agro-industrie et l' agro-commerce . Elles sont en vérité complémentaires tant au plan économique qu' au plan social ( ... ) . La réforme agraire sera faite sur les terres inutilisées , sur les millions d' hectares aujourd'hui disponibles pour l' arrivée de familles qui pourront semer , assurés de lignes de crédit et de l' assistance technique et scientifique . Nous ferons cela sans affecter en rien les terres qui produisent , car ces dernières se justifient par elles-mêmes et seront stimulées à produire toujours plus , à l' exemple de la gigantesque montagne de grains que nous récoltons chaque année ( ... ) . Pour remettre le Brésil sur le chemin de la croissance qui génère le travail tant nécessaire , nous manquons d' un authentique pacte social pour les changements . Une alliance qui unisse , objectivement , le travail et le capital productif générateur des richesses fondamentales de la nation , de façon que le Brésil surmonte la stagnation actuelle ( ... ) . De la même façon , il est nécessaire d' agrandir , et beaucoup , le marché intérieur , en renforçant les petites et moyennes entreprises . Nous sommes à un moment propice pour cela , un moment rare de la vie d' un peuple : un moment où le président de la République a avec lui , à ses côtés , la volonté populaire ( ... ) . Au-delà de l' appui de l' immense majorité des organisations et mouvements sociaux , nous comptons aussi avec l' adhésion enthousiasmée de millions de Brésiliens qui veulent participer de cette croisade pour la reprise de la croissance , contre la faim , le chômage et l' inégalité sociale . Il s' agit d' une puissante énergie solidariste que notre campagne a réveillée et que nous ne pouvons ni n' allons laisser se disperser ( ... ) . "