L'Humanité

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
L'Humanité
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_H_I_040302.html
Texte:
Italie . Des centaines de milliers de personnes contre Berlusconi . Le " no " de Rome à Berlusconi L' ampleur de la manifestation a dépassé les espérances du centre gauche . Prochaine étape , la manifestation syndicale contre les " projets sociaux " du gouvernement . Divisé , déchiré , maltraité par ses propres intellectuels et ses propres électeurs , le centre gauche italien a réussi sa grande épreuve . Des centaines de milliers de personnes ont défilé contre Silvio Berlusconi et le gouvernement de la droite , samedi , dans les rues de Rome . La bataille sur les chiffres , entre la coalition de l' Olivier qui parle d' un demi-million de participants et l' estimation du ministère de l' Intérieur ( 120 000 ) , ne change en rien la signification de la journée . La veille , les organisateurs craignaient que l' immense piazza San Giovanni , point d' arrivée habituel des manifestations syndicales les plus significatives , ne soit une espace trop large . Inquiétudes exagérées . Le " peuple " du centre gauche , s' il existe , a répondu à l' appel : c' est un succès énorme par rapport aux attentes . Dans une atmosphère sereine , parfois joyeuse , des familles entières marchaient avec les bébés : ouvriers , employés et cadres , étudiants et retraités . Peu de slogans , drapeaux rouges des DS et Verts de l' Olivier , et beaucoup de pancartes : contre Berlusconi , pour l' indépendance de la justice , contre la reforme de l' éducation nationale , contre la liberté de licencier . Ils chantaient Bella Ciao , parfois Bandiera rossa . De plus , les principaux responsables de la coalition n' ont pas été contestés ouvertement . Quelques sifflets , au début , pour Francesco Rutelli , le candidat à la présidence du Conseil battu par Berlusconi le 13 mai , aujourd'hui chef de file de la Marguerite ( centristes , laïcs , catholiques ) . Quelques quolibets aussi pour Piero Fassino , secrétaire des Démocrates de gauche ( DS ) , alors que le président de ce parti , Massimo D' Alema , qui n' a pas pris la parole à la tribune , a été peut-être le plus applaudi dans le cortège . Les manifestants réclament avant tout l' unité de l' opposition : les dirigeants de l' Olivier sortent renforcés et confortés après les critiques de Nanni Moretti et des 40 000 participants de la semaine dernière à Milan , avec l' ancien procureur Antonio Di Pietro ( qui a quitté la manifestation de Rome sur fond de polémique ) , mais les problèmes de la coalition sont loin d' être réglés . Rutelli lui-même l' a reconnu , en clôturant la manifestation : " Nous avons reçu de fortes critiques , nous avons donné le sentiment de ne pas être efficaces . Aujourd'hui , nous disons que nous avons compris le message . Dans cette place , le réveil a sonné . " Il propose la fédération des partis de l' Olivier , plus de pouvoir à la coalition . Mais son leadership est en réalité l' un de principaux problèmes à régler . A piazza San Giovanni il n' y avait qu' une partie - peut-être la plus grande partie - de l' opposition italienne . Les partis du centre gauche ont vivement critiqué la décision de Fausto Bertinotti ( Refondation communiste ) de ne pas participer . Le Forum social , les assemblés et les coordinations locales du mouvement antimondialisation issu des manifestations contre le G8 de Gênes tenaient leurs assises nationales le jour même du défilé de l' Olivier . Et les syndicats non confédérés ( COBAS , CUB et autres ) , qui sont à la gauche des grandes centrales , avaient déjà défilé à Rome , le 15 février : cent mille personnes - du jamais vu pour ces petites organisations - contre la réforme de la loi sur les licenciements ( article 18 du statut des travailleurs ) et contre le gouvernement de Berlusconi . L' opposition monte . La prochaine étape sera le pari de la CGIL , le défi de son secrétaire général , Sergio Cofferati , au gouvernement de droite : le syndicat , pour la première fois depuis 1969 , appelle à la grève générale sans l' accord de la CISL et de l' UIL , les centrales plus modérées , pour la défense de l' article 18 sur les licenciements . Le 23 mars une grande manifestation nationale dans la capitale - cinq cortèges sont prévus - sera l' occasion de la plus large unité : à gauche , tout le monde y participe , y compris ceux qui étaient absents lors de la manifestation de l' Olivier . Cette grève générale est prévue pour le 5 avril , avec manifestations dans toutes les régions . L' article 18 du statut des travailleurs , d' ailleurs , était aussi sur les banderoles du " peuple " de l' Olivier , surtout des DS et de la Sinistra Giovanile qui étaient largement la composante majoritaire de piazza San Giovanni . " S' ils touchent au 18 on fera un 68 " , pouvait -on lire sur une banderole .