L'Humanité

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
L'Humanité
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_H_I_040602.html
Texte:
Mondialisation . La compagnie américaine a fait des dégâts dans le monde entier . Un cauchemar planétaire nommé EnronLa multinationale de l' énergie a pleinement profité de la libéralisation des marchés de l' énergie et d' une conception poussée toujours plus fort aujourd'hui par George W Bush qui fait de l' ouverture au privé le nec plus ultra de la politique de développement . En juin 2001 , Enron poursuivait ou développait des opérations dans six pays européens et plus de trente pays dans le monde . La compagnie concentrait ses efforts sur les bénéfices à court terme et des contrats à long terme utilisant son influence pour manipuler le marché à son profit détruisant sur son passage l' accès des consommateurs aux sources d' énergie et les allégations mettant en cause la compagnie . Enron fondait sur les marchés où les investissements étrangers étaient particulièrement recherchés , les pays en voie de développement et les anciens pays du bloc soviétique . Alors que les circonstances entourant l' arrêt de la centrale de Dahbol en Inde sont connues pour les pressions politiques , les charges exorbitantes et les bénéfices douteux encaissés par Enron , des similarités troublantes existent dans de nombreux autres pays à travers le monde . Au delà des cas où des pressions directes du gouvernement américain furent exercées pour promouvoir les intérêts d' Enron , ce groupe est impliqué dans une série de projets caractérisés , souligne un spécialiste , par le secret des négociations , la brutalité des stratégies , les contrats financiers déloyaux et les bénéfices économiques douteux . La République Dominicaine en est l' exemple même . Sans moyens financiers dans les années 90 , cet état approuva l' introduction de producteurs d' énergie indépendants pour satisfaire ses besoins en électricité . Enron pris pied sur le marché avec une imposante centrale . A la fin des années 90 , le pays privatisant son secteur de l' énergie , Enron pris une large part des capacités existantes de production . Rapidement les tarifs ont augmenté de 51 à 100 % , ce qui rendit tout aussi rapidement les consommateurs incapables de payer . Beaucoup ont accusé les longues coupures de courants et les hausses d' être opérées uniquement dans le but d' accroître les bénéfices des privatisés . Dominicains privés d' électricité Le gouvernement dominicain est intervenu pour absorber les hausses de tarifs , subventionnant les charges induites pour environ 5 millions de dollars par mois versés aux compagnies . Mais l' état dominicain accumula bientôt une dette de 135 millions de dollars et fut incapable de continuer à tenir de telles obligations . Enron et les autres producteurs d' énergie stoppèrent alors net les centrales . Les coupures durèrent 24 heures . Hôpitaux , écoles , entreprises , services publics et consommateurs furent touchés . Des manifestations , parfois violentes ont éclaté . Neuf personnes sont mortes , dont un garçon de 14 ans . Le gouvernement dominicain prenant appui sur les accusations formulées par les dirigeants californiens , protesta contre une augmentation des tarifs qui n' était que le produit de la manipulation du marché ( de telles accusations se sont finalement avérées exactes en Californie ) . Les Dominicains démontrèrent que la moitié des capacités de production du pays avait été gelée pour pousser les prix à la hausse . Un incident eut lieu avec l' ambassade des États Unis quand le gouvernement accusa Enron de l' avoir trompé en n' atteignant pas le minimum de la production promise . Alimentant la controverse , une antenne locale de l' auditeur Arthur Andersen , bien connu maintenant pour sa complicité avec Enron , avait sciemment sous-évalué les actifs de la compagnie d' État dominicaine de 2 milliards 100 millions de dollars , ce qui explique pourquoi le gouvernement avait en fin de compte reçu si peu de la vente de la société . A cela il faut ajouter de multiples duperies concernant les descriptions des différents projets d' Enron . En Indonésie , Enron a été accusé d' avoir pris part au népotisme et à la corruption qui marquèrent les contrats du régime Suharto , contrats qui ont conduit au bord de la banqueroute la compagnie nationale quand l' accord exigeait d' acheter tant d' électricité que cela l' obligeait à réduire sa propre capacité de production . La Pologne a dû faire face à un contrat similaire . Dans ce cas les producteurs locaux ne parvenaient plus à vendre leur production . Pour la bonne raison qu' Enron avait coincé l' opérateur du réseau polonais ( PSE ) dans un contrat de vingt ans l' obligeant à acheter l' électricité à un prix plus élevé que ceux du marché . La Croatie a découvert que le contrat d' Enron signifiait une hausse immédiate de 25 % des tarifs . En Inde , Enron qui aurait du être traîné devant la justice pour de nombreuses accusations de versements de pots de vin , a réussi , dans des conditions très scabreuses , à contourner finalement un passage devant les tribunaux . Au Ghana , les médias ont révélé que le projet d' Enron avait été approuvé par les autorités grâce au versement de 5 millions de dollars de dessous de table aux responsables officiels , ce que la compagnie a nié . Mais la Banque Mondiale a refusé le projet de financement , notant que les négociations n' avaient pas été menées de manière transparente . Corruption de haut niveau en Bolivie De l' autre côté de l' Océan , en Bolivie , l' Assemblée nationale a formé une commission spéciale pour enquêter sur des affaires semblables . Formée à la suite de la révélation du scandale Enron , la commission a examiné l' accusation selon laquelle Enron aurait obtenu illégalement sa part dans le pipe-line Bolivie Brésil , ainsi que dans la division de transport de l' ancienne compagnie nationale d' exploitation du gaz et du pétrole . Le président de la commission , le député bolivien Armando de La Parra , affirme que des documents révèlent la conclusion d' un accord secret entre Sanchez et Enron , Sanchez étant l' ancien président bolivien Gonzalo Sanchez de Lozada . Le contrat signé en 1994 selon la loi de l' État de New York entre Sanchez et Enron présente un intérêt particulier . Illégal selon la loi bolivienne , il permet à Enron de former une compagnie off shore , hors la fiscalité bolivienne . Des accusations provoquent aussi des remous autour de la procédure d' appel d' offres . Aujourd'hui le texte du contrat original a mystérieusement disparu , ni le gouvernement bolivien ni Enron ne sont capables d' en retrouver trace . Mais la part d' Enron dans le pipe line et dans la compagnie nationale Transredes dépassait les termes de l' accord . En 1996 , Enron a conclu un accord avec Shell , pour prendre le contrôle de Transredes . Selon Parra , Sanchez a alors garanti à Enron un intérêt de 40 % dans le pipe line Bolivie-Brésil , une garantie accordée sans aucun engagement d' un investissement d' Enron dans le développement de l' oléoduc . Enron est aujourd'hui accusé d' avoir causé d' importants dommages à l' environnement et aux moyens d' existence de nombreuses communautés boliviennes . Mais , les deux promoteurs de cette opération se seraient partagé un cadeau de 25 millions de dollars par an , grâce à leur participation dans le pipe line . Dans la moitié des années 90 , le Mozambique avait fait d' importantes réserves à propos des plans d' Enron de développement du gisement de gaz naturel de Pande , essayant de résilier l' engagement pris à l' égard de la compagnie américaine . Entre temps on a appris que le Conseil National de Sécurité des États - Unis avait menacé de stopper l' aide à cette nation africaine si les propositions d' Enron n' aboutissaient pas . Des lettres d' un membre du conseil de Sécurité , Anthony Lake Lake , auraient été envoyées au ministre mozambicain de l' Énergie et au Président . Le conflit n' a pris fin que lorsque le président Joaquim Chissano a confirmé finalement que le projet serait poursuivi . Ouverture à l' investissement privé Dans le monde entier , de nombreux pays qui n' avaient pas les moyens de s' opposer à ce type d' accords ont vu les ressources en énergie d' une partie de leurs populations disparaître au nom de la privatisation et de la dérégulation . Parlant de la globalisation , le Président Bush a pu faire de la plus grande ouverture Rappelons qu' Enron fut le plus grand fournisseur de fonds électoraux pour la campagne présidentielle de George W. Bush et qu' un récent document produit devant une commission d' enquête du Sénat révèle que les conseillers de la Maison Blanche , contrairement à ce qui avait été déclaré , ont eu de nombreux contacts avec les dirigeants d' Enron . Alors que la compagnie était depuis un an dans la tourmente ils ont tenté d' atténuer l' effet de la faillite la plus grave de l' Histoire des États Unis . ( Washington Post du 24 / 05 / 02 ) . à l' investissement privé la condition pour le développement et l' octroi des aides américaines : Quand nous négocions pour des marchés ouverts , a -t-il déclaré , nous portons l' espoir pour le monde des pauvres . Beaucoup plus sérieusement , suite à la découverte de la conduite criminelle d' Enron en Europe , en Amérique du Nord , en Amérique du Sud en Asie en Afrique , on peut se demander si l' espoir en question n' est pas pour le monde pauvre , de ne pas être forcé à négocier avec Enron ou une compagnie de ce type .