L'Humanité

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
L'Humanité
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_H_I_040703.html
Texte:
Ils ont osé le faire Ségrégation sportive à Peshawar L' imposition de la charia dans le nord-ouest du Pakistan depuis le mois de juin , à l' initiative de la coalition islamiste MMA ( Muttahida Majlis-e-Amal ) , a des répercussions jusque dans le sport . Il est interdit désormais aux hommes d' entraîner ou de regarder des athlètes féminines . Certaines passent outre , rapporte l' AFP , comme Saira Abdul Sattar , dix-neuf ans , étoile montante du squash , guère enthousiasmée à l' idée de se séparer et entraînée par l' ancien numéro deux mondial de la discipline , Muhibullah Khan . D' autres sportives plaident toutefois pour une ségrégation totale entre hommes et femmes dans le sport . " Nous vivons dans une société très conservatrice . S' il n' y avait plus d' hommes pour nous entraîner , ma famille m' autoriserait par exemple à disputer plus de compétitions " , dit l' une d' elles . Le coordinateur régional du tennis , Naveed Khan , estime au contraire que l' application à la lettre du décret islamiste aurait des conséquences catastrophiques . " Ce serait la fin du sport féminin , nous n' avons pour ainsi dire aucun entraîneur féminin dans la région . " Source d' émancipation , la pratique sportive ne gagne rien à la ségrégation de toute sorte .