L'Humanité

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
L'Humanité
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_H_I_120302.html
Texte:
SOMMET DE BARCELONE La France sous la pression libérale " Plusieurs pays européens ont vu réapparaître chez eux les taux de croissance négatifs et ils ont compris que les réformes étaient d' autant plus urgentes " , assure doctement Rodrigo Rato , ministre de l' Économie espagnol et président en exercice du conseil Ecofin ( rassemblant les ministres de l' Économie et des Finances des Quinze ) , dans un entretien publié hier par la Tribune . A quelques jours du sommet " de l' emploi " à Barcelone , c' est sur le ton de l' évidence économique que la pression ultralibérale s' accentue : la dérégulation , la mise en concurrence et le marché sont seuls à octroyer les garanties de revenir à des taux de croissance élevés . Dans la ligne de mire , les services publics français et , au premier rang dans l' immédiat , EDF-GDF . " On peut très bien libéraliser sans privatiser ou , à l' inverse , privatiser sans libéraliser , affirme , tout miel , Rodrigo Rato . L' État doit assurer à tous les citoyens l' accès aux services publics mais cela ne signifie pas qu' il doive les produire lui-même . Son rôle est seulement de fixer et de garantir la qualité du service . " Dans un document de travail préparatoire au sommet européen de Barcelone , que l' AFP a rendu public vendredi , les autorités françaises se déclarent favorables à une " ouverture maîtrisée et progressive des marchés électriques et gaziers " , tout en renouvelant leurs réserves et en soulignant la nécessaire prise en compte de l' " intérêt général " . " Mais un développement harmonieux de ces marchés en Europe ne saurait résulter de la seule ouverture juridique à la concurrence , relèvent les autorités françaises . Il passe également par des garanties sur la prise en compte de la notion de service public . " Dans ce document de travail , Paris veut surtout que le sommet de Barcelone affirme " la nécessité de prendre en compte l' intérêt général " , notamment la " reconnaissance de principe que l' électricité , nécessaire à la vie normale de tous les citoyens , appelle une régulation par les autorités publiques " . La France veut aussi que soit défini " un socle commun d' obligations de service public " : accès des plus démunis à l' électricité et au gaz , protection de l' environnement , sécurité de l' approvisionnement . De même , les autorités françaises réclament que soit reconnue à chaque État membre la possibilité d' " imposer des obligations spécifiques , au-delà du socle commun , en fonction des caractéristiques et besoins propres du pays ou certaines régions " . A rebours des ambitions espagnoles , la France propose que le Conseil de Barcelone se concentre davantage sur des questions d' ordre social , comme la simplification de la politique européenne pour l' emploi , la prévention et l' accompagnement des restructurations , l' introduction dès 2003 d' une carte européenne d' accès aux soins .