L'Humanité

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
L'Humanité
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_H_I_120902.html
Texte:
Un an après " En mémoire de ma meilleure amie " New York , un an après . Les familles tentent de faire face à leur douleur . Le poème parle des frontières et des limites qui circonscrivent et réduisent les individus . De la nécessité de les transcender pour finalement s' en libérer . Pour le père de David , décédé durant les attentats du World Trade Center , ce poème est une sorte de testament humanitaire qui exorcise quelque peu l' horreur du 11 septembre . Le père s' est promis de le faire traduire et publier dans le monde entier - déjà 90 langues , et ce n' est pas fini . Les familles des victimes du 11 septembre - entre 10 000 et 15 000 personnes - ont tenté d' apprivoiser leur chagrin de manières diverses . Celles qui sont directement impliquées dans la construction du monument commémoratif à la place du World Trade Center sont peu nombreuses . Si certaines personnes sont devenues des icônes de chair et de sang pour des millions d' Américains désireux de mettre un visage sur la tragédie du 11 septembre , la majorité des familles ont préféré souffrir en silence . Généralement , les femmes ont tenté de lier contact avec d' autres familles souffrantes et de canaliser leur peine dans des activités constructives , souvent en mémoire des disparus : elles ont créé des myriades de groupes de pression , des organisations d' appui . Les hommes tendent plutôt à faire un " voyage " en solitaire et se sont montrés soucieux de se remettre immédiatement au travail pour éviter de penser ( les veuves sont cinq fois plus nombreuses que les veufs ) . Tous se disent inexorablement métamorphosés par la tragédie qui les hante et par leurs tentatives pour en faire sens . C' est cela , disent -ils , qui les sépare du reste de l' Amérique . Alors que les Américains s' efforcent de ne pas se retourner , les familles des victimes et les survivants n' ont pas le choix : ils sont littéralement habités par la tragédie du 11 septembre . Certains s' étonnent de leur force . Maria Ragonese craignait de se noyer dans la " piscine de douleur " qui l' avait submergée après la mort de sa belle-soeur et plus chère amie . " J' ai finalement appris à nager . Je suis maintenant impliquée dans des activités que je n' aurai jamais penser pouvoir faire , au nom de la justice et en mémoire de ma meilleure amie " , déclare -t-elle . Tous attendent une issue qui devrait changer la face de leur monde . " La justice est la seule solution à la douleur . Lorsque la justice sera rendue , le monde sera changé mais cela va probablement me prendre toute une vie " , explique Sally Regenhard , qui a perdu son fils Christian et créé l' association Skyscraper Safety Campaign ( campagne de sécurité pour les gratte-ciel ) .