L'Humanité

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
L'Humanité
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_H_I_200202.html
Texte:
Bush relance la stratégie de la confrontation Le président américain à Tokyo réaffirme son projet de bouclier antimissile dans la région . En Corée du Sud , sa visite suscite une vague de manifestations . Une armée et une police en état d' alerte , des drapeaux américains brûlés , des manifestations dans toutes les villes , l' accueil des Sud-Coréens à George Bush débarquant hier à Séoul venant de Tokyo donne la mesure de la colère qu' a déclenchée dans la péninsule le discours militariste du président américain . En désignant la Corée du Nord comme l' un des trois États de " l' axe du mal " avec l' Irak et l' Iran , Bush a ravivé les craintes de voir une nouvelle montée de la tension dans la péninsule coréenne divisée depuis cinquante ans . " Il essaie juste de nous vendre davantage d' armes américaines en faisant du Nord notre ennemi " , " C' est juste un Américain arrogant qui pense que les États-Unis sont le gendarme du monde " , faisaient savoir hier quelques Coréens de la rue juste à l' arrivée de Bush . Et des mouvements de gauche lui ont transmis une liste de doléances dénonçant la présence massive de troupes américaines sur le sol coréen , le projet de " bouclier antimissile " de Washington et les atrocités commises par les Américains pendant la guerre de Corée . Les inquiétudes de la rue sont partagées au palais présidentiel . Alors que l' arrivée de Bush à Séoul coïncide avec le 10e anniversaire de l' entrée en vigueur prévue du pacte de réconciliation et de non-agression signé entre les premiers ministres des deux Corées , des responsables sud-coréens ont diplomatiquement dit espérer que cette visite permettrait de lever les soupçons de Bush quant à la réalité du programme militaire de Pyongyang . Mais le chef d' État sud-coréen , Kim Dae-jung , a fait de la normalisation avec Pyongyang la pierre angulaire de sa politique d' ouverture . Ce choix de la détente qui lui a valu le prix Nobel de la paix en 2000 - quelques mois après le sommet historique de juin entre les deux dirigeants coréens - est déjà fortement bousculé depuis l' arrivée à la Maison-Blanche , il y a un an , de George Bush qui accuse le régime nord-coréen de chercher à fabriquer des armes nucléaires et des missiles balistiques . Quelques heures avant sa visite à Séoul , le président américain faisait savoir qu' il n' avait que faire de l' opinion sud-coréenne en déclarant dans un entretien au Wall Street Journal Europe : " Avec la Corée du Nord , il est nécessaire de se préparer au pire , y compris dans le domaine des armes de destruction massive . " Balayant les réticences de ses hôtes asiatiques quant à sa surenchère militariste , Bush a renouvelé son message de guerre mardi matin devant la diète japonaise , en confirmant le renforcement de la présence militaire américaine en Asie . Les États-Unis sont " plus que jamais engagés à maintenir une présence d' avant-garde dans la région " , a affirmé Bush . Washington va " continuer à montrer la puissance américaine et sa détermination dans le soutien apporté aux Philippines , à l' Australie et à la Thaïlande " . Il a relancé la stratégie de la confrontation régionale en assurant qu' il placerait " ses alliés asiatiques " , dont le Japon et la Corée du Sud , sous " la protection du bouclier spatial " américain , projet de défense antimissile balistique , défendu par Washington bien avant les attentats du 11 septembre , et que la croisade " antiterroriste " telle que la conçoit la Maison-Blanche permet de remettre à l' ordre du jour . Projet que la Chine et la Russie ont qualifié d' inacceptable . Or , Pékin est après Séoul la prochaine étape de Bush .