L'Humanité

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
L'Humanité
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_H_N_280403.html
Texte:
Public . La poste prend une tournée Le service public postal subit de plein fouet la libéralisation . La grève illimitée , dès aujourd'hui à Paris , devrait être très suivie . Le ras-le-bol des postiers parisiens est fort , comme au bureau du Louvre . À l' angle des rues du Louvre et Étienne-Marcel se dresse le grand bâtiment de La Poste . À la fois centre de tri du courrier et centre de distribution ( le plus grand de France ) , l' édifice reçoit à ses guichets les usagers parisiens 24 heures sur 24 . Il est 6 h 5 , vendredi 25 avril . Paris est encore endormi et les premiers postiers commencent à arriver , seuls ou par petits groupes . La plupart se sont levés à 4 heures pour prendre le train de banlieue ou le RER , leur salaire de postier ne leur permettant pas d' accéder aux loyers de la capitale . Dans ce groupe qui approche de la porte d' entrée , il est déjà question de la grève illimitée lancée par quatre syndicats parisiens - CGT , SUD , FO , CFDT - de La Poste , à partir d' aujourd'hui . Le centre de distribution est au premier étage . C' est là que convergent les facteurs . À la sortie des ascenseurs , on parle déjà de la prestation de François Fillon la veille au soir , à la télé . " 42 annuités , c' est de la folie " , lance ce postier à la quarantaine bien entamée . " En se levant à 4 heures ou 5 heures tous les jours , en charriant 20 à 30 kilos de courrier tous les matins , à cinquante ans on est déjà tous foutus ! " Des ascenseurs se déversent dans l' immense hall du premier étage le flot de postiers . Ils rejoignent leurs collègues déjà à pied d' oeuvre dans cette immense fourmilière , où les chariots s' entrechoquent sous le haut plafond soutenu par des poutrelles métalliques ( on reconnaît la patte d' Eiffel dans ce bâtiment classé ) . L' heure est au tri général , quartier par quartier , rue par rue . Chaque postier doit trier 200 à 300 lettres en 10 minutes . Tout est chronométré . Le facteur joue avec le temps . Ce qui semble un vaste désordre est en réalité un ballet parfaitement chorégraphié , où chacun sait ce qu' il a à faire . Les gestes sont précis . Les 800 personnes se croisent et se décroisent . Chacun prépare sa tournée , celle qui sera supprimée si la direction " courrier " de La Poste parvient à imposer son projet de tournée unique , cette fameuse tournée unique qui occasionnerait déjà trente suppressions de postes au bureau de Paris VI . Au milieu de l' aile droite du premier étage , dans un espace clos par des grillages , s' affairent d' autres personnels . Eux sont chargés de préparer les OS , c' est-à-dire les objets spéciaux . Ce sont les recommandés , les envois d' argent pour lesquels les usagers paient plus cher et qui nécessitent donc un traitement particulier . Jusqu'à présent , les OS sont distribués lors de la deuxième tournée , vers 10 heures . Mais avec la tournée unique , ils devront être mélangés avec le reste du courrier , ce qui , au vu des cadences et de la masse de courrier traitée , pourrait poser des problèmes de traitement et d' acheminement . 6 h 40 . Au milieu du brouhaha , des appels sont lancés au porte-voix . Des casiers métalliques , qui découpent l' immense hall en multiples quartiers , surgissent les appels à l' assemblée générale . C' est une tradition ici . Les responsables syndicaux mobilisent d' abord dans les différentes travées en appelant à s' assembler sous la gigantesque horloge qui surplombe l' entrée du premier étage . Les postiers quittent leurs postes de travail pour venir s' assembler sous la protection de la pendule en forme de prisme tronqué géant . " Ce qui se passe , c' est énorme " , lance Alain , de la section CGT . Il est le premier à prendre la parole . La tournée unique est dans tous les esprits . " Alors maintenant , les camarades , il faut se mobiliser , et la journée de lundi sera décisive . Ils attaquent Paris VI , mais leur plan est valable pour tous les bureaux parisiens " , lance encore le postier . Avec l' instauration de la tournée unique , c' est encore un pan du service public qui disparaît . Il y a dix ans , existaient encore trois tournées sur Paris . Aujourd'hui , si l' usager veut un acheminement rapide et sûr de son colis , par exemple , il doit payer au moins trois fois plus cher le Chronopost . Ce qui se passe déjà dans le colis est prévisible pour le courrier . La " marchandisation " du courrier devient la règle et l' excellence du service public devient une exception encore insupportable pour une direction obsédée par la rentabilité . " Nous devons être solidaire avec le bureau de Paris VI , trente postes sont déjà supprimés , les tournées s' allongent , les usagers râlent parce que le courrier arrive plus tard . La direction aimerait s' en prendre au samedi sur deux de repos et aux six jours de RTT . Si la tournée unique est instaurée sur tout Paris , ce sont plus de 1 000 emplois qui seraient supprimés " , tempête le postier cégétiste . Même motivation pour Claire , de SUD , qui tourne en dérision l' argumentaire de la direction : " Ils disent que la tournée ne sera pas forcément plus tardive alors que la tournée de 8 h 30 sera supprimée et ne restera que celle de 9 h 30 . " Pour FO et la CFDT , même son de cloche . À en croire les postiers du Louvre , la grève illimitée pourrait être importante ...