L'Humanité

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
L'Humanité
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_H_S_040803.html
Texte:
Football . Les tribulations du Real Madrid en Chine Zidane , Beckham , Ronaldo et Figo ont entamé une tournée promotionnelle en Chine . Entre fiasco et déchaînement des foules . Reportage . Ce devait être une fête et l' occasion rêvée pour de nombreux Chinois , journalistes et supporters , de rencontrer , discuter et regarder évoluer les joueurs de football les plus chers de la planète . La première semaine a malheureusement été un fiasco . L' équipe du Real Madrid , arrivée dans le sud de la Chine à Kunming , le 25 juillet , n' a pas fait preuve d' un grand fair-play . Reçus pourtant en héros à l' aéroport par des dizaines de femmes de minorités ethniques de la province du Yunnan , les joueurs et le staff de l' équipe championne d' Europe ont choqué les organisateurs et les supporters par leur attitude . La cérémonie d' accueil aux allures volontairement folkloriques n' a duré que quelques minutes avant que les Beckham , Zidane et autres Ronaldo ne prennent le chemin de leur hôtel sans avoir pris la peine de s' asseoir au banquet organisé par Hongta , la compagnie de tabac qui sponsorise la tournée . De quoi faire perdre la face aux officiels chinois présents à la réception . Le lendemain , au centre d' entraînement de Kunming , ce sont les supporters qui ont fait les frais d' une tournée visiblement mal organisée . Les joueurs ne se sont pas présentés au centre et ont laissé des centaines de fans usés par des heures d' attente . L' entraîneur du Real Madrid , Carlos Queiroz , réputé pour ne pas mâcher ses mots , s' est à peine justifié sur ces petits incidents de parcours , prétextant que ses joueurs étaient fatigués et suivaient un régime drastique . Opération commerciale Mais si les journalistes chinois ont hurlé à la mascarade , c' est aussi que cette tournée est un gros coup commercial pour le club madrilène . Les chiffres sont effarants : pour le match du 2 août , le club a encaissé la bagatelle de 2 millions d' euros . La tournée asiatique qui se poursuivra ces trois prochaines semaines devrait lui rapporter près de 10 millions d' euros , sans compter les bénéfices engrangés à moyen terme par les ventes des produits à l' effigie de David Beckham , la nouvelle recrue du Real Madrid . En terme de rentrées financières , assure Stephan Attia , responsable d' Asia Sports Development , le partenaire marketing du Real , la semaine d' entraînement passée à Kunming a déjà rapporté 700 000 euros . Du côté des supporters chinois , l' aspect lucratif de cette tournée n' est pas très apprécié . Pour le match de Pékin , les fans de football ont en effet déboursé de 200 à 2 000 yuans ( de 30 et 300 euros ) pour assister à l' événement tant attendu . Seul le porte-parole de la Fédération chinoise de football , Dong Hua , semblait optimiste à la veille du match et préférait se concentrer sur l' aspect sportif de la tournée " C' est une grande opportunité pour nous de recevoir cette équipe . Cela nous permettra de promouvoir encore plus le football étranger dans notre pays . " Mauvaise organisation En général , les autorités chinoises réussissent bien l' organisation d' événement jugé crucial pour son image . Mais , cette fois -ci , l' hôtel de Pékin dans lequel les joueurs , le staff et les journalistes espagnols étaient logés ressemblait à une foire où l' ordre devait impérativement régner . Vendredi , pour la première apparition publique des joueurs , le service d' ordre n' a pas fait dans la mesure . Quelques journalistes terrés devant l' escalier d' où devait descendre le Real Madrid se sont fait brutalement reconduire en dehors de l' hôtel auprès des milliers de supporters chinois qui attendaient Beckham depuis plusieurs heures . Le service d' ordre chinois , digne d' un bon film sur la mafia hongkongaise , est aux abois . Une dizaine de gorilles , ont même attrapé , dans l' affolement , l' interprète chinois de l' équipe madrilène , à qui il faudra quelques minutes de négociations avant que son costume ne redevienne propre . Stephan Attia , manifestement dépassé par les événements , ne peut retenir ses mots : " Ras le bol , vivement que ça se finisse . Il n' y a que des mésententes entre Chinois et Espagnols depuis le début . " Car , pour le moment , les joueurs , présents pour une tournée promotionnelle et pour préparer leur saison , n' ont à peine pu mettre le nez dehors et semblent eux-mêmes un peu déçus : " Ils sont comme des lions en cage . Je suis en train de leur négocier un quartier libre pour l' après-match " , affirme Stephan Attia . La femme du président du Real Madrid s' est même vue , pendant un moment , refuser l' accès à une réception organisée par les autorités chinoises . Accompagnée par la délégation espagnole , " madame Real Madrid " n' avait pas de carton d' invitation . En tout et pour tout , les centaines de fans de Beckham massées devant l' hôtel de Pékin n' auront pu entrevoir que quelques secondes les joueurs avant qu' ils ne montent dans leur car rejoindre le Stade des Ouvriers : " I love you Beckham " , hurlaient les jeunes supportrices dans un anglais approximatif , ceinturées par des cordons de policiers , tout sourire aux lèvres . Le spectacle de samedi fut , quant à lui , bel et bien à la hauteur de l' événement avant , pendant et après le match . Une danse traditionnelle du dragon a ouvert le bal quelques minutes avant le coup d' envoi . Les 70 000 supporters chinois , trop heureux de voir les stars du Real Madrid rentrer en piste , ont conspué la sélection chinoise et applaudi à chaque touche de balle de Beckham qui , pour la première fois , a revêtu le maillot madrilène pendant près de 75 minutes . Malgré les écharpes vendues à l' entrée du stade sur lesquelles étaient inscrits " Combat pour la mère patrie " , le Real Madrid avait acquis le public à sa cause . Face à une équipe chinoise composée des meilleurs joueurs du championnat local , les joueurs madrilènes ont fait le spectacle et marqué quatre buts après quelques roulettes de Zidane . L' enjeu de ce match était pourtant ailleurs que dans le nombre de buts inscrits . Il résidait plus sûrement dans le nombre de zéros alignés sur le chèque de bienvenue du Real Madrid en Chine .