L'Humanité

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
L'Humanité
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_H_S_120403.html
Texte:
Commentaire Depuis quelques semaines , un étrange ballet était visible dans les fameux tronçons de l' Enfer du Nord . Trente-cinq ans après Mai 68 , des lycéens ont manié le pavé pour la bonne cause . Ils contribuent désormais à sauver la course ... et un peu plus que la course , l' âme d' une région . Au Pont Gibus , à Wallers , une section a été restaurée par des classes du lycée horticole de Raismes , la ville voisine : durant trois mois , deux fois par semaine , sur mille mètres , ils ont rehaussé les pavés , nettoyé la terre nourrie de mâchefer , creusé des rigoles , sué . À Lomme , avec l' aide du pays de Pévèle , d' autres se sont également lancés dans la rénovation de la section de Cysoing . Au total , tenez -vous bien , pas moins de 800 " apprenants " , pour reprendre un terme éducatif , pourraient encore intervenir sur place pour l' édition 2004 ! Une nouvelle et noble tradition a vu le jour . Pavé par pavé , ornière après ornière , la main de l' homme ( une dizaine de filles ont même participé au bel ouvrage ) a taillé pour redorer , a creusé pour préserver , a pansé les plaies du temps pour annoncer le futur . À l' initiative de l' association des Amis de Paris-Roubaix , de la Société du Tour de France ( propriétaire de la course ) et des collectivités locales , un travail de longue haleine a été entamé depuis plusieurs années . Aujourd'hui il se voit . Demain il restera . C' est acquis . Préserver la mémoire et le passé n' a rien d' une entreprise désuète vouée à l' échec . Les Nordistes en savent quelque chose , eux qui se sont battus pour que Paris-Roubaix reste Paris-Roubaix , et que les pavés , leurs pavés , soient préservés . Pas comme une trace antique ou moyenâgeuse , comme on a pu le lire ici ou là ces dernières années . Non . Mais bien comme un fil tendu entre les générations et l' histoire d' une région , singulière , riche ô combien , dramatique socialement . Comme à Wallers-Arenberg , où les maux d' hier et les mots d' aujourd'hui disent aussi la douleur minière d' un paysage surplombé par les chevalets de métal , figés , potences hautes de 70 mètres désormais à sec de graisse . Paris-Roubaix , c' est aussi cette histoire -là . À quelques semaines du centenaire du Tour de France , évidemment , le cyclisme résonne fort . Et avec lui ces étranges moments , quand les largués s' époumonent , quand les premiers tutoient la légende , quand , toujours , la nature et les éléments reprennent le dessus . L' enthousiasme populaire n' est jamais feint . Paris-Roubaix , c' est la fête de printemps du cyclisme où l' imminence du drame n' est jamais loin . C' est aussi la fête du Nord , d' une passion singulièrement nordiste tous les ans renouvelée . " Paris-Roubaix n' est plus menacé par la disparition de nos chers pavés " , témoigne , ému , le Nordiste Jean-Marie Leblanc , patron du Tour de France . Et il ajoute : " Une chaîne de solidarité s' est établie pour mener à bien ce chantier d' inspiration authentiquement régionale . Nous sommes fiers . " La mémoire , c' est un trait d' union , pas une fixation figée . Il fallait rendre hommage à ceux qui la perpétue .