L'Humanité

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
L'Humanité
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_H_S_121203.html
Texte:
Rugby . L' Ovalie cherche son élan Bernard Lapasset désigne aujourd'hui les nouveaux manager et entraîneur du Quinze de France . Bernard Laporte devrait se succéder à lui-même . Qui succédera à l' ex-futur entraîneur de l' équipe de France ? C' est la question - du type " quelle est la couleur du cheval blanc d' Henri IV " - que se pose sérieusement le rugby français depuis la funeste déroute pour la troisième place du Mondial , le 20 novembre dernier . En grand prince , le président de la fédération française ( FFR ) , Bernard Lapasset , se propose aujourd'hui , à Marcoussis , de dévoiler le nom de l' heureux élu . Le suspens est à son comble . Il n' y a officiellement ... qu' un seul candidat . Bernard Laporte lui-même . Mais le rugby français aime à se jouer des psychodrames pour mieux cacher les dissensions qui le parcourent . La question de l' identité du futur entraîneur nationale n' étant qu' un épiphénomène au milieu d' une grande redistribution des cartes . Tout était pourtant prêt pour une " réintronisation " sans douleur de Bernard Laporte , Bernard Lapasset ayant réitéré sa confiance à l' ancien entraîneur du Stade français après la défaite en demi-finale face aux Anglais . Ce dernier jouait alors à se faire désirer en expliquant qu' il fallait savoir s' il possédait l' envie de rempiler . Mais une bourde du " Kaiser " a déclenché la polémique . " Il faut se poser les bonnes questions , a -t-il dit à l' issue du dernier match des Bleus . Pourquoi n' avons nous pas les mêmes joueurs que les Anglais , les Australiens et les Néo-Zélandais ? Pourquoi sommes -nous obligés d' aller chercher Tony Marsh ou Brian Liebenberg ? " L' homme à la langue bien pendue a " fourché " en mettant en cause deux parties essentielles de l' Ovalie . Les clubs professionnels , suspectés d' employer trop de joueurs étrangers au détriment des jeunes pousses françaises . La formation française , direction technique nationale ( DTN ) et clubs en tête , épinglés pour ne pas produire autant de bons joueurs que les trois premières nations du Mondial . Les coteries se sont donc crispées . Au lieu d' un élan unanime et solidaire en vue de la Coupe du monde 2007 , chacune des parties prenantes du rugby tricolore tente de sauver ses prérogatives en rognant sur celles des autres . Le cap fixé par Bernard Lapasset est pourtant intéressant . Le futur entraîneur national doit être davantage intégré à la DTN pour participer à la détection et aux sélections de jeunes . Les entraîneurs de clubs professionnels épauleront davantage le successeur de Laporte pour lui apporter leurs compétences techniques , leurs connaissances des joueurs , et fournir un complément à l' encadrement de l' équipe nationale . Signe du rapprochement de toutes les familles , le président de la Ligue nationale , Serge Blanco , intègre l' organisation du prochain Mondial . Mais l' union sacrée décrétée est devenue lutte de pouvoir . En président de la FFR , Bernard Lapasset a décrété que la nomination de l' entraîneur des Bleus n' était le fait que de sa personne . Le choix du prince est dévoilé aujourd'hui après une seule rencontre tripartite Lapasset-Blanco-Laporte la semaine dernière . Le directeur technique national , Pierre Villepreux , même sur le départ , n' a pas été consulté et aucun comité de réflexion n' a été mis en place . Le rugby n' a ainsi pas suivi l' exemple du football qui avait lancé un véritable appel d' offre pour la succession de Roger Lemerre en juillet 2002 . Les discussions informelles , souterraines , plutôt que la transparence . La Ligue profite du flou pour demander la part qui lui revient . Avec un argument de poids . " Nous voulons simplement exister . Nous représentons un capital financier . " Selon le Projet de développement du rugby professionnel français 2003 - 2007 , rendu public par Serge Blanco mercredi , les clubs pros représentent 145 millions d' euros . La LNR demande instamment la mise en place d' un comité de sélection , exigence qui sera acceptée par la FFR . Mais elle va plus loin en voulant mettre fin à la double rémunération des internationaux , payés par les clubs et la FFR en période de matchs internationaux . Elle remet surtout en cause le modèle de formation mis en place depuis quatre ans par la DTN . " On ne peut pas avoir des dépenses qui ne servent à rien " , explique Serge Blanco . Le rugby hexagonal doit selon lui choisir entre une formation contrôlée par les clubs ou par la DTN , mais pas les deux . Avec une préférence en tête . À propos des pôles Espoirs de la DTN , l' ancien international a affirmé : " Ça ne rapporte rien à personne . " Dans ce cadre de luttes de pouvoirs , la prise de parole de Bernard Lapasset est donc très attendue . Non pas pour le nom de l' entraîneur national , mais pour en savoir plus sur le nouveau mode de fonctionnement du rugby français .