L'Humanité

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
L'Humanité
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_H_S_200603.html
Texte:
Football . Ousmane Dabo ; " J' aurais pu couler " Alors que la France rencontre le Japon ce soir à Saint-Étienne ( 21 heures , TF1 ) , coup de projecteur sur la surprise de la sélection . Quasi inconnu du grand public , Ousmane Dabo est la surprise de la sélection pour cette Coupe des Confédérations . Après Rennes , Parme , Monaco et l' Atalanta de Bergame , ce solide milieu récupérateur de vingt-six ans trouve là une consécration après un début de carrière mouvementé . Avez -vous été surpris par votre sélection ? Ousmane Dabo . J' ai été surpris que le sélectionneur vienne me voir à Bergame , un petit club de championnat italien qui luttait pour ne pas descendre en deuxième division . Grâce à mon exemple , les autres joueurs comme moi savent qu' ils ont leur chance pour aller un jour chez les Bleus . Mais je n' ai pas été surpris de me retrouver sur la liste , car je viens d' effectuer ma saison la plus complète . J' ai été constant , et le fait de marquer quatre buts a attiré l' attention sur moi . Je ne pense pas avoir volé de place à quiconque . J' ai connu toutes les équipes de France , depuis celle des moins de dix-sept ans . J' ai joué en France A'. C' est plutôt le grand public qui ne me connaît pas . Justement , comment peut -on vous présenter auprès du grand public ? Ousmane Dabo . Je suis un milieu relayeur , avec une bonne frappe . Je donne le ballon rapidement . Mon style est très classique , mais je ne sais pas à qui je ressemble . Ma mère est de Laval . Mon père est français d' origine sénégalaise . Je suis un peu ses traces . Comme moi , il a été entraîné par Michel Le Milinaire . Pour lui , c' est grandiose de me retrouver avec les Bleus . Le seul épisode de votre carrière qui vous a fait connaître est votre départ retentissant de Rennes il y a cinq ans . Ousmane Dabo . Quand nous sommes partis de Rennes avec Mickaël Silvestre pour l' Inter de Milan , nous étions les vilains petits canards du foot français . Mais nous avons fait le bon choix . " Mika " a connu un super parcours . J' ai dû prendre plus de temps que lui pour arriver à maturité . Comment avez -vous vécu cet épisode ? Ousmane Dabo . Nous n' étions plus régulièrement titulaires . Rennes nous a pris pour des idiots . Tout cela parce que les dirigeants ne voulaient pas renégocier nos contrats , au moment où nous étions en espoirs . Ils ne voulaient pas entendre parler d' une clause libératoire en cas de relégation , alors que nous jouions pour ne pas descendre en D2 . Ils nous ont fait moins joué . Ce n' est pas pour l' argent que nous avons choisi de partir avec Silvestre à l' Inter de Milan , comme le Stade rennais a essayé de le faire croire . C' était pour progresser dans un grand club . Aujourd'hui , je ne regrette rien . L' Inter m' a permis de jouer avec des gens comme Djorkaeff , Ronaldo ou Baggio , de progresser physiquement et mentalement . Et se retrouver sur le banc était une forme d' exploit , vu les trente-cinq joueurs sous contrats . Être remplaçant m' a permis de m' aguerrir . Quelle opinion avez -vous de la situation de Rennes aujourd'hui ? Ousmane Dabo . Ils n' ont pas compté sur leurs jeunes , alors qu' ils ont peut-être le meilleur centre de formation . Ils ont préféré acheter des joueurs à droite à gauche , sans résultat . Il faut que le Stade construise avec ses jeunes . Comment expliquez -vous votre parcours chaotique ? Ousmane Dabo . Mes choix de clubs ont été malheureux . Le moment le plus difficile a été mon année à Monaco . Je sortais d' une bonne saison avec Parme , où j' étais titulaire et où nous avions fini quatrième de série A. Mais les dirigeants souhaitaient des joueurs d' expérience au milieu . J' ai donc accepté l' échange avec Monaco et Lamouchi . En fait , le président de l' ASM me voulait , mais pas vraiment l' entraîneur Claude Puel . Lui souhaitait un défenseur . Il a eu l' honnêteté de me le dire . Mais ce n' est pas évident de vivre une saison comme celle -là . J' ai refait mes valises pour Bergame car je savais que j' y jouerai régulièrement . J' ai dépassé avec l' Atalanta le cap des cent matchs en série A. Mais je savais qu' au bout de ces deux ans , je devais partir . Après l' annonce de votre sélection , les recruteurs ont dû vous appeler plus souvent ? Ousmane Dabo . Mon téléphone a beaucoup sonné : mes amis me félicitaient . Cette sélection va m' aider à trouver un club qui me permette de jouer le plus longtemps possible . Cela ne sert à rien de refaire ses valises tous les six mois . Le pays m' est égal . Je choisirai en fonction du projet du club . Conseilleriez -vous aux jeunes joueurs français de suivre votre parcours ? Ousmane Dabo . Pas du tout . La trajectoire parfaite est celle de Pirès , avec une longue formation à Metz , un palier franchi à Marseille , puis Arsenal . Silvestre comme moi aurions bien voulu rester à Rennes . Aller à l' étranger est très dur pour un jeune . Si tu rates un match , on te tombe dessus , surtout si tu es Français . Je dirais aux jeunes qu' il faut surtout finir sa formation et ne pas partir à dix-sept ans . La formation française est toujours la meilleure . Et le sélectionneur actuel est plus attentif à la L1 que le précédent . J' ai pris des risques et les résultats sont là . Mais j' aurais pu couler . Votre parcours est -il symbolique de celui d' une génération qui a été mal conseillée ? Ousmane Dabo . J' ai été victime , comme Luccin ou Dalmat , de changements de club imposés . De transactions à soixante millions de francs . Les gens pensent que nous touchons de l' argent sur les transferts , mais c' est faux . Tout cela nous a dépassés . Mais je n' en veux à personne . Le système veut cela . Comment s' est passée votre intégration chez les Bleus ? Ousmane Dabo . Très bien , car je connais beaucoup de monde dans cette équipe . Gallas est un ami . Wiltord était au centre de formation de Rennes avec les dix-sept ans quand j' en avais quatorze . Silvestre et moi nous sommes suivis depuis l' âge de quinze ans et jusqu'à l' Inter . Il m' a toujours dit que j' avais le niveau pour arriver en sélection . Arriver chez les Bleus , c' est bien sûr parvenir au niveau international . Mais je pense que ce que j' ai connu à l' Inter se rapproche de cette excellence . En fait , c' est au niveau médiatique que la sélection change des choses pour moi . En équipe de France , les places sont chères au milieu de terrain . Pensez -vous participer à l' Euro 2004 ? Ousmane Dabo . Pas du tout . Je profite des absences de Petit , Vieira et Makelele . Je sais aussi que Dacourt et Pedretti ont une longueur d' avance sur moi , car ils sont arrivés avant moi . L' essentiel pour moi est de montrer que j' ai le niveau s' il y a un trou à compenser au milieu de terrain .