L'Humanité

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
L'Humanité
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_H_S_201103.html
Texte:
Rugby . Les Bleus affrontent aujourd'hui ( 10 heures , France 2 ) en petite finale les All Blacks , sans leur capitaine a fait ses adieux au rugby en Australie après dix-sept ans de service . Fabien Galthié , l' adieu d' un demi entier Pour une fois , le verbe lui a manqué . Un dernier mot qui met du temps à sortir . Une larme parlera pour lui . Fabien Galthié est parti mardi subitement d' Australie . Le décès de son parrain en France . Curieux rappel à la réalité pour celui qui avait décidé d' arrêter . Les vingt-six heures d' avion vers la France l' ont remis face à lui . Seul devant " un grand vide " . " Mais ça va aller . " Dix-sept ans passés dans l' Ovalie . Le trentenaire ( trente-quatre ans ) a dit ça suffit . Il aurait rêvé meilleure sortie . Une finale et pourquoi pas la Coupe du monde brandie . Mais les Anglais lui ont ôté cette joie . Il l' avait pourtant prévue , cette petite mort planifiée depuis un an . Plaisantant même à ce sujet à l' approche des matchs couperets du Mondial . Mais le moment venu , les formules se sont évanouies . Il explique succinctement : " Jusqu'au dernier entraînement avant la demi-finale , j' ai eu le sentiment que je pouvais encore progresser . Là , c' est fini . " On retiendra son ultime augure , juste avant la noyade du week-end dernier . " L' équipe de France est comme le temps . Parfois il fait beau et ensoleillé . Parfois , il pleut et fait mauvais . Parfois , il pleut sur cette équipe . En ce moment , il fait beau . " C' était avant les nuages de ce funeste match . Les bourrasques et les coups de pied de Wilkinson ont balayé les rêves de toit du monde . Ce rêve qu' il a poursuivi toute cette année . Au point de faire de ce Mondial l' extraordinaire point final d' une carrière à suspens . Après quatre coupes du monde disputées , Fabien Galthié a gagné sa place de grand . Parmi les Boniface , Blanco et Aguirre . Tout prêt d' un Jean-Pierre Rives , avec lequel il partage don du jeu , humeurs changeantes et faconde tourmentée . L' homme est capable de ne lâcher que trois mots de joie , lors de la victoire du Stade Français en finale du championnat de France , pour affirmer le lendemain : " Je vous ai déjà tout dit hier soir ! " Il peut , en trois limpides phrases , faire comprendre l' indicible état d' esprit des Bleus avant la demi-finale . Puis prouver l' amitié historique franco-anglaise grâce " aux bastides du Lot , que les architectes britanniques nous ont laissées " . " Fabien est un personnage de roman , fataliste , mais qui se relève à tous les coups " , dit de lui Jo Maso . Le manager de l' équipe de France peut étayer son opinion sur une liste d' accidents de parcours aussi fournie que la Chartreuse de Parme . Fabien Galthié en fait le résumé . " Cela a été des cycles de quatre ans . De dix-huit à vingt-deux ans , je suis monté en première division avec Colomiers . J' ai connu l' équipe de France et la Coupe du monde 1991 . C' était la montée en puissance . De vingt-deux à vingt-six ans : le difficile apprentissage du haut niveau et de la médiatisation . De 1995 à 1999 , j' étais mûr et prêt , mais j' endure trois grosses blessures qui me font à chaque fois arrêter trois mois . De 1999 à maintenant , c' est la maturité . Tout est monté en puissance . Deux coupes du monde , le Grand chelem 2002 , le titre de champion de France , la capitanat avec les Bleus . " Celui qui a connu un premier Mondial en 1991 comme titulaire , avant d' être rappelé en 1995 et 1999 au beau milieu de la compétition pour suppléer à des blessures , a dû attendre ces quatre dernières années pour se forger un palmarès . Un sacre national à l' ultime rencontre de Top 16 de sa carrière , en mai dernier . " Si j' ai vécu ces dernières années -là , c' est grâce au chemin difficile et tortueux d' avant De 1995 à l' été 2003 , il a manqué vingt-deux matchs avec les Bleus , pour cause de blessures aux ligaments du poignet gauche ( 1995 ) , de la cheville droite ( 1996 ) , du genou droit ( 1997 ) , genou gauche ( 2000 ) , entorse du genou droit ( 2001 ) , plaie à la main gauche ( 2002 ) , choc à l' épaule ( 2003 ) .. " C' est aussi grâce à une rencontre . Le demi de mêlée a la réputation de n' être " jamais plus fort que lorsque le combat est intense " ( dixit Jacques Brunel , adjoint de Bernard Laporte ) . L' entraîneur national fait de lui son relais en équipe de France . Le duo commandant - capitaine fusionne vite . Jusqu'à recevoir l' hiver dernier les titres de meilleurs joueur et entraîneur 2002 . " Pour moi , Bernard est le seul qui s' est donné les moyens de réaliser quelque chose de grand . Il a un projet de jeu très élaboré , très mature . " Les deux hommes partagent ce sens du charisme , de la communication , de la persuasion . Mais là où le sélectionneur peut s' emballer durant des heures , son second préfère les images bien trempées . " Les gens garderont de moi ce qu' ils voudront . Je n' ai jamais cherché à être une image , mais à exister . Je ne changerais rien , même pas les moments difficiles . Tout petit , je ne rêvai pas à aussi beau . Je suis comblé , comblé . " L' homme de rugby devient consultant pour Canal Plus , missionné par la Ville de Paris pour promouvoir les valeurs sportives dans l' éducation des enfants , ainsi que la Coupe du monde 2007 et la candidature de la capitale aux jeux Olympiques 2012 . Il conserve ses habits de star du coaching en entreprise . Avant peut-être de remettre les mains dans les mécaniques de l' Ovalie .