Le Monde

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
Le Monde
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_M_C_040103.html
Texte:
CULTURE . THEATRE . Peter Brook ressuscite le dieu humain pour une fugitive « Mort de Krishna » Le Britannique met en espace , aux Bouffes du Nord , l' évocation du destin de cette divinité issue du « Mahabharata » , qu' il avait monté en 1985 , avec , déjà , Maurice Bénichou " La Mort de Krishna " de Jean Claude Carrière et Marie Hélène Estienne - deux articles KRISHNA est de retour aux Bouffes du Nord . Comme un remords , insistant . Un signe de sa permanence . En 1985 , lorsque Peter Brook avait mis en scène le Mahabharata , il avait écarté les attendus de sa mort . Depuis , le dieu descendu sur terre parmi les hommes , pour y jouir , y souffrir et y périr comme eux , continuait de vivre . Sans doute réclamait -il à son interprète , Maurice Bénichou - qui prêtait également sa silhouette à Ganesh - , sa renaissance scénique . Alors , Jean-Claude Carrière et Marie-Hélène Estienne avaient repris l' adaptation des épisodes , et , il y a un an , le comédien avait fait lecture publique de leur récit . Une expérience suffisamment convaincante pour que Peter Brook accepte de le mettre en espace . La double nature de Krishna n' a jamais cessé d' intriguer le metteur en scène . Au cours du séjour en Inde qu' il fit avec sa troupe pour préparer le Mahabharata , il s' était rendu dans la ville sainte de Kanchipuram et avait interrogé un shankaracharya : « Si Krishna se présente avec tous les aspects de l' homme , possède -t-il aussi cette disposition , naturelle chez l' homme , à se tromper , à commettre des erreurs ? » , lui avait -il demandé . « Vous posez la question d' un point de vue humain , lui avait répondu le vénérable . Un esprit humain est dans l' obligation de faire des distinctions pareilles . Du point de vue de Krishna , la question ne se pose pas. » Ces mots avaient frappé Peter Brook « comme une énigme zen » , lui montrant « tout ce que la dérision révèle , et que la raison escamote » . L' énigme souffrait d' être réinterrogée . Au moment où la geste indienne quittait , à reculons , le champ de bataille et ses dix-huit millions de cadavres , abandonnant « la beauté des héros à la gueule des bêtes » , Maurice Bénichou pouvait reprendre l' évocation de celui qui était à la fois « un feu embrasé de mille soleils » et l' incarnation des passions . Sur les talons du conteur , les Bouffes s' éveillent , à nouveau , en salon de lecture , de musique . Le sceau brookien - un carré vermillon - est posé dans le cercle des carminés patinés . Deux paravents acajou assurent les transitions . Coussins de soie . Quatre chandeliers de quatre hauteurs pointent les cardinaux . Une trompe guerrière , longue comme celle de Ganesh , repose , vaincue , au côté du dieu-éléphant honoré de pétales . Au centre , le témoin irréfutable de l' épopée : le livre , lourd comme la mémoire collective . La Mort de Krishna est comme une visite , brève , d' une pièce oubliée , dans l' immense labyrinthe du Mahabharata . Assez évocatrice pour ceux qui ont pu voir le grand oeuvre de Brook ; trop fugitive pour ceux qui l' auraient manqué . Elle a sa logique propre , sa fin . L' espace appartient au metteur en scène , et aucun geste de Maurice Bénichou n' est étranger à son univers . Les châles safran dévident leur discours : le masculin et le féminin , le divin et le terrestre , et marquent l' irruption d' une autre incarnation , autrement terrible : le Temps . La fin de Krishna est son oeuvre , sa récompense . Avec le conte , seule la musique peut atténuer la souffrance d' une découverte , que la haute voix de Sharmila Roy rend profondément désirable . La Mort de Krishna . Texte de Jean-Claude Carrière et Marie-Hélène Estienne . Mise en espace : Peter Brook . Avec Maurice Bénichou . Bouffes du Nord , 37 bis , boulevard de la Chapelle , Paris - 10e . Tél. : 01 - 46 - 07 - 34 - 50 . Durée : 1 h 15 . Du 11 janvier au 11 février , samedi à 15 heures ; dimanche et lundi à 20 h 30 .