Le Monde

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
Le Monde
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_M_C_040303.html
Texte:
CULTURE - FESTIVAL . Les cinémas d' Afrique peinent à s' émanciper Le Fespaco de Ouagadougou , au Burkina Faso , permet de montrer les films d' Afrique sur le sol africain , alors que la plupart des salles du continent ont fermé ou privilégient les productions indiennes , américaines édition a primé « Heremakono » , d' Abderrhamane SissakoFespaco : Festival du cinéma panafricain d' Ougadougou Réputé pour son ambiance détendue et conviviale et pour ses problèmes d' organisation récurrents , le Fespaco , Festival du cinéma panafricain d' Ouagadougou , est d' abord loué pour la mission qu' il sert , celle de montrer , pendant une semaine , les films d' Afrique sur le sol africain . Sa 18e édition s' est achevée samedi 1er mars en attribuant son grand prix - l' Etalon de Yennenga - à Heremakono , du Mauritanien Abderrhamane Sissako . Le prix Oumarou-Ganda de la première oeuvre est allé à l' Afrance , du Franco-Sénégalais Alain Gomis , et le prix spécial du jury à Kabala , du Malien Assane Kouyaté , trois films produits ou coproduits et déjà sortis en France . Ces vingt dernières années , la plupart des salles de cinéma du continent ont fermé et celles qui restent projettent des films indiens , américains , européens parfois ; le festival a quand même présenté environ 45 longs-métrages , une trentaine de courts , près de 70 vidéos de réalisateurs d' Afrique noire , du Maghreb , des Caraïbes , du Pacifique , de la diaspora africaine d' Amérique et d' Europe . Pendant une semaine , la ville d' Ouagadougou vit au rythme de ce festival , dont la charge symbolique est immense . A elle seule , la cérémonie d' ouverture , festival de danses ethniques , de concerts , de feux d' artifice , a rassemblé dans le stade du 4 -Août 50 000 spectateurs . Le poétique Abouna , du Tchadien Mahamat Saleh Haroun , récompensé par le prix de la meilleure lumière , s' est distingué par sa singulière beauté . Avec ce deuxième long-métrage , un « film de quartier » , comme il le définit , son auteur s' inscrit dans la lignée d' un cinéma de liberté , d' école buissonnière . D' un regard sensuel et généreux , il filme le voyage initiatique de deux enfants en quête d' idéal qui s' affranchissent des règles prosaïques et arides d' un monde qui les rejette . Ils inventent le leur à partir d' un livre , d' un film , d' une photo , d' une jeune fille sourde-muette au charme moqueur . Malgré ce film , malgré d' autres , un sentiment d' inconfort domine à l' issue du festival . Ce n' est pas tant la pauvreté artistique des films qui gêne que leur caractère globalement lénifiant . Loin de la guerre , du sida , de la famine , de l' exploitation , l' imaginaire auquel renvoient les fictions est alternativement celui de la sorcellerie , du mythe de l' Afrique éternelle , de l' amitié entre Blancs et Noirs . Quand elles sont abordées , les plaies du continent le sont sur le mode de l' allégorie , du clip prétentieux ou du téléfilm étouffant de bons sentiments . Au cours d' une rencontre organisée par la Commission européenne pour faire le point avec les cinéastes africains sur l' action menée en faveur de leurs films , le Burkinabé Idrissa Ouédraogo a exprimé son inquiétude : « Ce qui pose problème avant tout , c' est la difficulté qu' il y a en Afrique à voir nos films . De plus en plus , il semble que nous les faisons pour un public européen . L' image africaine est absente du cinéma africain. » Sans régulation pour préserver les salles de cinéma , celles -ci ont été laminées par l' arrivée de la télévision , au début des années 1980 . La vidéo et le piratage généralisé ont achevé le processus . Approvisionnées gratuitement en programmes français , les télévisions nationales n' ont pas pour autant pris le relais de la diffusion des cinématographies locales . En outre , souligne le producteur Jacques Bidou , « l' ensemble des chaînes françaises est diffusé depuis janvier dernier en continu et en simultané ( en crypté ) , ce qui satisfait la demande des classes bourgeoises et intellectuelles . La télévision n' a aucune chance de servir de débouché aux productions africaines » . Résultat , le cinéma d' Afrique occidentale est aujourd'hui financé à 80 % par des fonds français et européens . Mama Keïta , cinéaste guinéen engagé dans la Guilde des réalisateurs , une jeune organisation de cinéastes africains , résume le sentiment général : « Le plus infamant pour nous , c' est que nous nous trouvons , de fait , dans une position de mendiants. » La voie de l' émancipation de l' image en Afrique passe par la recomposition d' un tissu économique à l' échelle locale , des sources de financement « hard » liées à l' audience des films ( salles , vidéo , télévision ) - par opposition aux financements « soft » que sont les subventions . Dominique Wallon , ancien directeur du CNC ( Centre national de la cinématographie ) , propose une série de mesures destinées à instituer une régulation minimale du secteur dans une étude qu' il termine actuellement , à destination des huit pays membres de l' Uemoa ( Union économique et monétaire ouest-africaine ) . Annoncé depuis longtemps , un autre facteur de structuration semble enfin produire ses premiers effets : l' Afrique du Sud . Dans la sélection officielle du Fespaco 2003 , trois films , Drink in the Passage , Waiting for Valdes et Promised Land avaient bénéficié de la nouvelle politique de soutien mise en place par Pretoria . Via la création d' une institution gouvernementale , le National Film and Video Foundation , le gouvernement sud-africain lance un programme de soutien à l' industrie du cinéma et de l' audiovisuel qui succède à l' embryon de politique mise en place dans les années qui ont suivi l' avènement de Nelson Mandela . L' ambition est d' accorder plus d' argent aux projets , de manière plus sélective . Les critères d' attribution sont à la fois liés à la faisabilité du projet et aux valeurs culturelles qu' il véhicule . Jusqu'à présent , le cinéma sud-africain était fortement soumis à l' influence américaine . Une nouvelle enveloppe vient d' être débloquée pour le soutien aux longs-métrages , d' un montant de 3 , 5 millions d' euros , à dépenser sur trois ans . Mais l' Afrique du Sud est le seul pays à pouvoir prétendre travailler avec des moyens comparables à ceux des pays du Nord . Dans le reste de l' Afrique , « il faut apprendre , explique Jacques Bidou , à travailler avec moins d' argent et le consacrer aux postes artistiques , en priorité à l' écriture , au casting , au tournage , au montage . Le reste est secondaire ; on peut travailler sans lumière , avec une caméra DV , sans électricien. » Alors que dans la fiction la plupart des productions sont encore tournées en 35 mm , avec des équipes nombreuses , les oeuvres les plus fortes du festival étaient cette année des documentaires souvent tournés en vidéo . Dans ces films , fond et forme se répondent , la fiction jaillit , du cinéma existe .