Le Monde

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
Le Monde
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_M_C_040703.html
Texte:
Churchill , chef de guerre Comment le premier ministre britannique a changé le cours de l' histoire A la veille de la seconde guerre mondiale , Winston Churchill passe pour un homme politique fini . Loin d' incarner un recours , il fait plutôt figure de repoussoir , discrédité par des initiatives stratégiques douteuses telles que l' opération des Dardanelles en 1917 , un opportunisme sans limite , un caractère instable et impulsif . Marginal est le qualificatif le plus couramment employé à l' égard de ceux qui passeront après coup pour des hommes providentiels . Churchill compte , avec Clemenceau et de Gaulle , parmi ces grands irréguliers dont la destinée s' est jouée sur un moment crucial où leur singularité l' a emporté sur tous les conformismes , les rendant plus que tout autres nécessaires . Centré sur ces semaines fatidiques de mai 1940 où Churchill s' est imposé , contre toute attente , comme un véritable chef de guerre , le livre de John Lukacs fait apparaître de manière saisissante et en s' appuyant sur des archives jusqu'ici inexplorées , à quel point l' arrivée au pouvoir du plus controversé des dirigeants britanniques a bouleversé les données du conflit . Le 28 mai , il réussit , à force d' audace et d' énergie , à faire prévaloir , contre une partie de son gouvernement , et notamment le chef du Foreign Office , Lord Halifax , partisan d' une négociation avec Mussolini , l' alternative à coup sûr la plus téméraire , celle de poursuivre la guerre quoi qu' il en coûte . Il préserve ainsi du pire non seulement la Grande-Bretagne mais , comme l' écrit Lukacs , « l' Europe et la civilisation occidentale » menacées d' une défaite irrémédiable . En deux cents pages à peine , Sebastian Haffner permet de comprendre pourquoi ce « paria » s' est mué tout à coup en héros providentiel . A ses yeux , le « phénomène Churchill » tient en premier lieu à sa nature profonde de « guerrier né pour la guerre » , porté d' instinct , écrit -il , à en saisir « toute la complexité » morale , politique et psychologique et à l' aimer dans sa « réalité la plus crue » . La guerre est son élément , une activité pour lui aussi périlleuse et excitante que la littérature , la politique restant son troisième métier , qui lui a été imposé de naissance « comme l' unique voie pour atteindre le sommet » . Anticommuniste avant tout , le Churchill de la fin des années 1920 « n' avait rien d' un antifasciste , souligne son biographe . Il était plutôt l' inverse » . Face au nazisme , ce conservateur qui a accueilli l' avènement de Hitler sans hostilité préalable , finit par réagir en patriote conscient de la gravité du péril et irréductiblement opposé à la politique d' apaisement menée par Chamberlain . Au milieu des années 1930 , il est un des rares en Angleterre à prédire la catastrophe qui menace le monde libre et à réclamer une politique de réarmement . A dater de son accession au pouvoir , Churchill va changer le cours de l' histoire . A un moment où la Grande-Bretagne ne pouvait gagner la guerre seule , il reste , comme le démontre John Lukacs « celui qui ne l' a pas perdue » . CHURCHILL Londres , mai 1940 de John Lukacs . Traduit de l' anglais ( Etats-Unis ) par Alice Tillier , éd. Odile Jacob , 252 p. , 23 euros . CHURCHILL Un guerrier en politique de Sebastian Haffner . Traduit de l' allemand par Dominique Frodègues , éd. Alvik ( 2 , rue Malus , 75005 Paris ) , 212 p. , 18 euros .