Le Monde

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
Le Monde
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_M_C_041003.html
Texte:
CULTURE - LITTÉRATURE . La subversion silencieuse de J . - M . COETZEE Un romancier peu lu et peu compris dans son pays « Imaginez une grande fête , où tout le monde rit , chante , s' amuse . John , seul dans son coin , boude et marmonne « Y'a quelque chose qui cloche » . » Pour Catherine Lauga du Plessis , qui , depuis 1976 , a traduit en français plusieurs livres de John Coetzee , cet écrivain est incompris dans son propre pays . L' élite de la « nouvelle Afrique du Sud » lui reproche à mots couverts de n' avoir pas mis son talent au service de la lutte contre l' apartheid , de n' être pas un militant et , surtout , de ne pas s' être fait un chantre de la « nation arc-en-ciel » . Dans l' euphorie de la période post-apartheid , il a adopté le rôle du rabat-joie . « Coetzee n' est pas un écrivain « arc-en-ciel » , c' est vrai , note Mme du Plessis . Il a une vision résolument pessimiste du monde . C' est un homme qui se dit lui-même « doué pour le malheur » . C' est le contraire d' un écrivain engagé . Sa grande qualité , c' est d' avoir su garder sa liberté de penser , sa liberté d' artiste . Il ne s' est jamais laissé dicter ses thèmes par l' environnement politique ou idéologique. » Son roman Disgrâce a encore accentué la rupture avec la « nouvelle Afrique du Sud » : il n' y est pas question de réconciliation et d' unité nationale , mais de haine , de rancoeur et de vengeance ... Des thèmes bien éloignés du discours officiel . « J' ai beaucoup de respect pour Coetzee , ses premiers romans étaient fascinants , profonds , mais Disgrâce est « disgracieux » » , estime John Matshikiza , acteur , écrivain et chroniqueur , qui qualifie le livre de « résolument sexiste » . Et , dans le monde politique , certains membres de l' élite au pouvoir ont taxé le roman de « raciste » . Certains critiques ont la dent très dure . « Coetzee est un charlatan » , écrit Colin Bower dans un article de la revue universitaire English Studies in Southern Africa , reproduit sur le site Internet du journal sud-africain Sunday Times . « Pauvres héros de ses livres qui passent leur temps à se rouler dans les épines de la vie et à saigner » , commente M. Bower , qui critique aussi le style de l' écrivain . Dans un hebdomadaire national , un autre critique dénonçait récemment en Coetzee un « imposteur » . La grande majorité des critiques et universitaires du pays lui ont cependant rendu un vibrant hommage . Pour le directeur du département de langue anglaise de l' université du Cap , Coetzee est un « héritier de Kafka » . « Il était temps » qu' il reçoive le Nobel , estime Michael Marais , professeur à l' université de Johannesburg . David Attwell , le grand spécialiste de Coetzee en Afrique du Sud , reconnaît que s' il est respecté dans les cercles académiques , il est peu lu dans son pays . « Les Sud-Africains préfèrent souvent le rugby à la littérature » , regrette Mme du Plessis , tout en reconnaissant que l' écriture de Coetzee , de « plus en plus épurée , précise et concise » , devient aussi moins accessible au plus grand nombre . A l' annonce du prix Nobel , le porte-parole du Congrès national africain ( ANC ) , au pouvoir , s' est chargé des félicitations officielles , sans emphase : « L' ANC espère que la reconnaissance accordée aux écrivains sud-africains comme Coetzee et Nadine Gordimer servira d' inspiration aux jeunes écrivains dans le pays et sur tout le continent. »