Le Monde

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Filename:
Le Monde
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Annotation tiers:
Annotation automatique
Annotation status:
automatique
Type:
presse écrite
Text type:
presse quotidienne nationale
Modality:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_M_C_200802.html
Text:
L' insatiable appétit de l' Occident civilisé pour les cultures sauvages Le Musée d' ethnographie de Neuchâtel analyse les attitudes des ethnographes et des conservateurs de musée face à l' art primitif . Une leçon féroce , à la fois brillante et accablante . Neuchâtel côté lac : l' une des quatre parties de l' exposition nationale suisse nommée Expo . 02 ( Le Monde du 14 mai ) , son arteplage , sa sphère immense en bois de charpente , ses faux roseaux fluorescents , ses pavillons métalliques colossaux en forme d' oeuf ou de galet , et son sujet - style épreuve de philo du bac - Nature et Artifice . Tous les jours , la foule . Tous les soirs , son et lumière sur l' eau . C' est l' exposition-spectacle telle que l' industrie des loisirs la rêve aujourd'hui . On s' y distrait en feignant de s' y instruire . Neuchâtel côté montagne : le Musée d' ethnographie tout en haut de la ville et l' exposition Le Musée cannibale . Une exposition-spectacle encore , mais d' un autre genre . Elle ne cherche pas à distraire , mais à susciter stupeur et embarras . Elle y réussit si bien qu' elle provoque euphorie et malaise . Euphorie parce que le parcours est admirablement conçu et qu' il finit en apothéose visuelle . Malaise parce qu' il fait cruellement le compte des lieux communs , complexes de supériorité et autres niaiseries touristiques qui caractérisent l' activité et la consommation muséales contemporaines . Le Musée cannibale est un chef-d'oeuvre de satire autodestructrice . C' est aussi - ou d' abord - le chef-d'oeuvre de Jacques Hainard , directeur du Musée d' ethnographie de Neuchâtel . Sous des airs de sexagénaire affable et exubérant , il dissimule un esprit analytique d' une rare virulence . Avant son dernier méfait , il a commis , en compagnie de son équipe d' anarchistes savants , Marx 2000 , Derrière les images , L' art c' est l' art et La grande illusion . Chaque fois un sujet défini , une thèse et sa démonstration en forme de mise en pièces . Le sujet , cette année , tient en une question : comment les Occidentaux considèrent -ils les cultures qu' ils qualifient , de façon élogieuse ou péjorative , de populaires , primitives , archaïques ou premières ? Sont examinés les comportements et les modes de réflexion des anthropologues , des conservateurs et des collectionneurs . L' histoire commence avec les explorateurs du XVIIIe siècle et continue aujourd'hui . On a compris le titre : le musée est cannibale car ceux qui le font ou qui le visitent se nourrissent de la substance d' autres hommes . L' ethnographie est la forme subtile de l' anthropophagie . Le civilisé - nous - y dévore le sauvage - les autres . Il suffit d' inverser la fable habituelle - le nègre mangeant le malheureux missionnaire égaré . Violence de l' ethnologue Chaque salle est un chapitre . La première met en scène dans des vitrines le principe du classement , selon lequel celui qui sait réduit son objet à des types et à des catégories : une race , un rite , une couleur de peau . La deuxième , faite d' images et de citations projetées , rappelle les discours et les attitudes des premiers ethnologues , leur paternalisme , leur prise de possession de leurs indigènes - l' idéologie colonialiste en somme . Photos et textes défilent , et l' on reste saisi devant tant d' impudeur , tant de mépris , tant de dureté : l' autre est moins un être humain qu' un objet à mesurer , à décrire et , éventuellement , à autopsier . Toute l' exposition est de cette trempe . La violence y est impeccablement révélée . Parfois de manière très simple : en transportant dans une salle une partie des réserves du musée , pour rendre sensible le processus de réification , au terme duquel il ne reste plus que des objets - d' art ou pas , n' importe - accumulés et étiquetés : gigantesque opération de mise en ordre de la morgue universelle . Tant de fétiches dans un casier , tant de tessons dans un sac plastique , tant d' instruments dans une armoire . Le monde serait -il fait pour finir ainsi rangé ? Un développement particulier est réservé au traitement de l' art africain aujourd'hui . La satire est alors cruelle , désignant ses victimes , des conservateurs tels Harald Szeeman et Jean-Hubert Martin , des institutions françaises et suisses . Elle prend la forme de recettes de cuisine - cannibale évidemment . Ainsi Szeeman , dont la cuisine a pour ingrédients au moins deux objets entretenant un rapport abscons dans la tête du concepteur et pour accompagnement une citation de Marcel Duchamp , les cols roulés , les cravates arty . Reste le morceau de bravoure de l' exposition , une salle de banquet , avec tables , chaises et plats préparés sous de vastes cloches de Plexiglas . Elle s' orne d' images anciennes d' anthropophagie . Elle bruit du vacarme enregistré d' une vraie brasserie . Tout cela ne serait qu' artifices brillamment employés si le menu de chaque table ne méritait un long examen . Chacun illustre un type de rapport au supposé primitif , du compatissant à l' effrayé , du pittoresque au chic esthétisant . Les accessoires , les pièces de collection , les éléments décoratifs ont été choisis de façon à montrer la cohérence et l' insuffisance de chacun de ces modes de perception . Le procédé est terrible . Il ne laisse espérer aucune solution pour échapper au cannibalisme culturel .