Le Monde

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
Le Monde
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_M_E_040502.html
Texte:
L' ONU et Jénine LES ÉTATS viennent à nouveau de jouer un mauvais tour à l' ONU . Et d' entamer un peu plus sa crédibilité . Lorsque certains des membres les plus influents du Conseil de sécurité ont discrètement suggéré au secrétaire général de proposer qu' une commission d' établissement des faits soit désignée pour tenter d' éclaircir ce qui s' était passé dans le camp palestinien de Jénine , en Cisjordanie , Kofi Annan a obtempéré . Cela s' est fait avec l' assentiment des Etats-Unis et d' Israël - du moins de son ministre des affaires étrangères , Shimon Pérès . Mais , dès lors que la commission a vu le jour , toutes les parties ont commencé à prendre peur . Et , dans un festival d' hypocrisie diplomatique , elles ont - toutes - laissé M. Annan se débrouiller avec une commission dont Israël ne voulait plus - de crainte que certains de ses officiers puissent être inquiétés - et les Arabes non plus - de crainte qu' elle ne confirme aucunement les informations de " massacres " avancées par les Palestiniens . Rien ne permet de penser que l' armée israélienne a perpétré des massacres à Jénine . Des enquêtes internationales , comme celle de Human Rights Watch , font état de violences dont certaines pourraient être qualifiées de " crimes de guerre " commis à l' encontre de civils ou de combattants désarmés . Mais , en abandonnant sa décision d' envoyer une mission d' information - pourtant décidée à l' unanimité le 20 avril par le Conseil de sécurité - , l' ONU empêche que la vérité soit établie . Cette vérité , tout le monde affirmait , au moment du vote du Conseil , vouloir la faire sortir des ruines . Les Palestiniens et leurs alliés arabes pour avaliser la réalité des " massacres " de Tsahal . Les Israéliens , qui affirmaient n' avoir rien à cacher sur cette opération " antiterroriste " , au point que Shimon Pérès a dit : " Venez voir , nous n' avons rien à cacher , nos mains sont propres . " Depuis lors , on peut imaginer , sans trop spéculer , que la malheureuse commission a fait les frais d' une négociation qui arrangeait tout le monde : le siège de Yasser Arafat à Ramallah était levé , mais la commission d' établissement des faits était discrètement enterrée . L' ONU était passablement malmenée dans l' affaire , sinon ridiculisée ; la raison des Etats concernés l' emportait sur l' établissement de la vérité , aux dépens de la crédibilité de l' ONU ... Le reste fut un concert de protestations sans grand rapport avec ce qui s' est passé , sans rapport avec la manière dont a véritablement été enterrée la malheureuse commission . Après les pitoyables conclusions de la session de la commission des droits de l' homme de l' ONU , à Genève , c' est la deuxième fois en quelques jours que les Etats membres portent un coup à la seule organisation représentant la légalité internationale . Personne n' y gagnera vraiment . Pas Israël qui , s' il n' a rien à cacher , comme le disent ses dirigeants , aurait eu tout à gagner à ne pas torpiller la commission . Pas les Etats-Unis , qui avaient l' occasion de manifester qu' ils avaient à coeur de respecter les Nations unies .