Le Monde

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
Le Monde
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_M_E_040703.html
Texte:
Berlusconi , hélas Italie : les débuts de Silvio Berlusconi président pour six mois de l' Union européenne à compter du 1er juillet 2003 - Sa déclaration à l' encontre del'eurodéputé allemand Martin Schulz " Kapo " nazi POUR SES SIX MOIS de présidence européenne , l' Italie partait avec de nombreux atouts . Le principal était , sans conteste , son engagement traditionnel pour l' intégration du Vieux Continent . Et Rome , qui avait abrité en 1957 la signature du traité instituant le Marché commun , s' apprêtait à accueillir fin 2003 ou début 2004 vingt-cinq chefs d' Etat et de gouvernement pour la conclusion solennelle de la première Constitution de l' Europe . La première matinée du premier jour de la présidence italienne avait bien commencé . Silvio Berlusconi était surveillé par ses pairs comme par ses adversaires . Mais , devant le Parlement européen , il avait lu un discours classique , sans les improvisations hasardeuses dont il est coutumier . Las , le débat avec les eurodéputés , qu' il a qualifiés en passant de « touristes de la démocra tie » , a tourné au scandale . Comme l' a dit Daniel Cohn-Bendit , le président du conseil italien a confirmé « l' image de ceux qui le haïssent le plus » . L' occasion lui a été fournie par un député allemand , vice-président du groupe socialiste au Parlement de Strasbourg . Martin Schulz s' était permis , sur un ton assez vif , de rappeler que Silvio Berlusconi avait été et restait impliqué dans quelques affaires financières et judiciaires qui auraient pu naguère entraîner la levée de son immunité de parlementaire européen . Il s' en était pris aussi aux déclarations d' Umberto Bossi , chef de la Ligue du Nord et ministre des réformes , prônant la politique de la canonnière contre les immigrants clandestins . Ces rappels venaient après d' autres mises en cause du chef du gouvernement italien par des eurodéputés allemands peut-être inspirés par la dernière couverture du magazine Der Spiegel montrant Silvio Berlusconi avec cette légende : « Le parrain , maintenant dans toute l' Europe » . A cette « méchanceté » , le Cavaliere oppose ce qu' il appelle de « l' ironie » . Il a proposé à M. Schulz un rôle de « kapo » dans un film tourné actuellement en Italie sur les camps nazis . Une ironie lourde et parfaitement déplacée qui a provoqué le « découragement » de la présidence de la République italienne , où Silvio Berlusconi est modérément apprécié . La diplomatie italienne va devoir maintenant tenter de limiter les dégâts pour que le semestre de présidence italienne de l' Union européenne ne soit pas un fiasco . La tâche n' est pas facile . Chez lui , Silvio Berlusconi peut se permettre de faire voter des lois sur mesure pour régler ses affaires personnelles , avec l' énorme majorité dont il dispose au Parlement . En Europe , il doit compter avec des partenaires qui goûtent peu ses facéties et se méfient d' un amateurisme susceptible de mettre toute l' Union dans l' embarras . Sans le vouloir , le chef du gouvernement italien vient de souligner les inconvénients de la présidence tournante de l' Europe et conforter ceux qui souhaitent voir une personnalité présider pendant plusieurs années le Conseil européen . Si Silvio Berlusconi aspirait à assumer un jour cette charge , il a perdu toutes ses chances .