Le Monde

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
Le Monde
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_M_E_041202.html
Texte:
Afghanistan , an II IL Y A UN AN , les représentants d' un Afghanistan à peine libéré des talibans se réunissaient à Bonn pour se donner un chef . Après de longs palabres et des pressions occidentales , Hamid Karzaï était placé à la tête du pays . Cette décision , qui devait être suivie d' une aide économique massive et d' un soutien militaire non moins indispensable pour rebâtir un pays ravagé et venir à bout des talibans et des membres d' Al-Qaida qui avaient survécu aux bombes américaines , avait pour objectif d' entamer un processus de reconstruction de l' unité nationale afghane . Lundi 2 décembre , les pays qui avaient promis d' aider le nouvel Afghanistan se sont retrouvés à Bonn aux côtés de Hamid Karzaï , dans une atmosphère bien moins optimiste . Les milliards de dollars d' assistance internationale promis à grands renforts de publicité tardent à arriver , et le premier grand projet - routier - vient à peine d' être lancé . Sur le plan militaire , le moins que l' on puisse dire est que les forces occidentales marquent le pas . Recréer une armée nationale digne de ce nom prend du temps . Les forces alliées se cantonnent à la protection de Kaboul , seule zone du pays où s' exerce l' autorité du gouvernement central , les provinces étant laissées au bon vouloir de seigneurs de la guerre . A Bonn , les Occidentaux ont demandé à M. Karzaï de faire des efforts , encore des efforts , politiques , économiques , institutionnels , car , comme l' estime Washington , la renaissance de l' Afghanistan dépend surtout des Afghans . Encore faut -il les y aider et ne pas leur faire des promesses qu' on ne peut , ou qu' on n' a pas la volonté de tenir . L' économie ne repartira pas sans aide à l' infrastructure ; la culture du pavot ne sera pas éradiquée si les paysans n' ont pas d' autres ressources ; l' élimination des talibans - qui relèvent la tête - est une opération coûteuse et risquée . Or il est clair - et regrettable - que le président Bush , obsédé par l' Irak , considère l' Afghanistan comme un théâtre marginal dans sa lutte contre le terrorisme . Il avait , raconte le journaliste Bob Woodward , acheté pour 70 millions de dollars des chefs de guerre locaux pour renverser les islamistes sans que l' armée américaine ait à intervenir en masse sur le terrain . Les pertes ont été légères , mais le résultat final n' est pas au rendez- vous : la paix en Afghanistan reste menacée , l' islamisme fleurit au Pakistan , la nébuleuse Ben Laden a montré ces derniers temps - et encore il y a quelques jours au Kenya - qu' elle était tout aussi dangereuse qu' avant le 11 septembre 2001 . Maîtres d' oeuvre d' une stratégie globale dans laquelle les alliés ne sont considérés que comme des supplétifs et des bailleurs de fonds , les Etats-Unis ne font plus de l' Afghanistan une priorité . La victoire y est plus difficile à consolider et moins spectaculaire sur le plan médiatique . Au contraire d' un conflit contre Saddam Hussein , dominé par une technologie toute-puissante . Mais ce refus d' engagement , de vision d' avenir , n' est guère plus rassurant pour l' avenir d' une stratégie à long terme en Irak .