Le Monde

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
Le Monde
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_M_E_200203.html
Texte:
L' Europe nécessaire apres la déclaration de Jacques Chirac , 17 février 2003 , sur les pays d' Europe de l' est qui soutiennent les Etats Unis dans la crise irakienne AVANT même que les ex-pays communistes d' Europe centrale et orientale soient entrés dans l' Union , une grave crise les oppose à trois des pays fondateurs : la France , l' Allemagne et la Belgique . Malgré l' accord conclu lundi à Bruxelles , nul n' ignore que la mésentente demeure . L' élargissement commence mal ! Alors qu' on avait célébré en décembre , avec faste et émotion , la fin des négociations d' adhésion , qui mettaient un terme aux divisions du continent européen créées et maintenues par la guerre froide , moins de deux mois plus tard l' Europe élargie se fractionne sur la question fondamentale du sens de son union , sur son rôle mondial et sur ses rapports avec les Etats-Unis . Ces pays , en faisant fi de la position commune laborieusement adoptée par l' Union sur la crise irakienne , se sont montrés désinvoltes envers ceux qui s' apprêtent à les recevoir parmi eux . Mais ce n' était pas une raison pour les considérer avec plus de désinvolture encore en les traitant comme des Européens de seconde zone , tout juste bons à obéir en silence aux diktats de leurs anciens . C' était , de la part de Jacques Chirac , faire preuve d' un grand mépris à l' égard des futurs membres de l' Union que de leur reprocher sèchement d' « avoir perdu une bonne occasion de se taire » lorsqu' ils ont exprimé ouvertement leurs désaccords avec le trio franco-germano-belge . Même s' ils n' appartiennent pas encore à l' Union , les nouveaux adhérents méritent d' être placés sur un pied d' égalité avec ceux qui les ont précédés . On ne peut qu' être choqué par la distinction qu' ont établie Jacques Chirac , puis Michèle Alliot-Marie , entre ceux qui font vraiment partie de la famille et ceux qui n' en sont que les cousins éloignés . Comme l' a dit éloquemment Chris Patten , le commissaire chargé des relations extérieures , l' Union n' est pas le pacte de Varsovie . Ses membres gardent toute leur liberté de parole , qu' ils soient grands ou petits , anciens ou nouveaux . On connaissait pourtant , avant de conclure à Copenhague les négociations d' adhésion , les différences d' approche entre les pays candidats et la majorité des Quinze . On savait que les anciens pays communistes n' étaient pas disposés à entrer dans une Europe qui s' affirmerait contre l' « hyperpuissance » américaine . Les Quinze , France comprise , ont choisi d' ignorer ces divergences . Elles éclatent aujourd'hui au grand jour . La construction d' une politique étrangère et de défense commune à vingt-cinq n' est pas un objectif simple , et il ne suffit pas , comme pour le domaine économique , de réclamer que les nouveaux adoptent les « acquis communautaires » des anciens . Il suffit encore moins de réclamer qu' ils se taisent en écoutant les leçons brutales de la France . Pour y parvenir , il faut accepter le dialogue , prendre le temps de convaincre et , sans doute , élargir notre politique de défense aujourd'hui nationale . Surtout , il faut s' appuyer sur les opinions publiques des pays de l' Est , plus favorables aux thèses de la « vieille Europe » que leurs dirigeants .