Le Monde

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
Le Monde
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_M_F_050603.html
Texte:
Le marché français de l' automobile enregistre son treizième mois de baisse Seuls Peugeot et les constructeurs japonais et coréens ne sont pas touchés par la dégradation . La faiblesse des taux d' intérêt ne suffit plus à pousser les consommateurs à l' achat de véhicules LA CONSOMMATION des ménages est en train de perdre l' un de ses moteurs . Les ventes de voitures , en France , ont chuté en mai de 12 , 9 % . « Le marché automobile a été affecté par l' effet des jours fériés et des ? ? ponts '' , ainsi que par les perturbations entraînées par les conflits sociaux » , explique le Comité des constructeurs français d' automobiles ( CCFA ) . En fait , mai ne fait que confirmer une tendance qui dure : les immatriculations baissent inexorablement depuis treize mois . Depuis le début de l' année la baisse s' élève à 9 , 8 % , faisant de la France le mauvais élève de l' Europe . Les ventes de voitures sont étroitement liées à la courbe du chômage , qui ne cesse de se dégrader depuis plusieurs mois . Les incertitudes sur l' emploi provoquent logiquement un report des gros achats , comme celui d' une automobile . Une voiture sur deux étant vendue à crédit , les acheteurs potentiels n' ont pas envie de se lancer dans un emprunt alors qu' ils ne savent pas de quoi demain sera fait . La faiblesse des taux d' intérêt , qui a longtemps porté le marché , est désormais insuffisante pour compenser ces réticences . La tendance baissière du marché devrait se poursuivre . Les analystes de la Société générale prévoient pour l' année 2003 une baisse de 5 % à 6 % , grâce à un meilleur second semestre . « 2003 devrait être le point bas du cycle en termes de volume et de profitabilité pour les constructeurs européens » , affirme l' analyste financier Philippe Barrier . Aucune marque n' est épargnée par la baisse , hormis Peugeot et les constructeurs japonais et coréen . Renault subit une chute de 14 , 7 % en mai . La marque au losange est toujours dans l' attente des premiers effets de la commercialisation de ses nouveaux modèles . Le nouvel Espace ( - 14 % ) pâtit d' un ralentissement de la production en février et mars en raison de problèmes de qualité . La Megane ( - 10 % ) est actuellement en phase de montée en cadence , et le Scénic ( - 34 % ) est en cours de renouvellement : la nouvelle version du petit monospace n' arrive que le 12 juin . En toute logique , le second semestre devrait permettre à Renault de regagner les parts de marché , lorsque ces modèles auront trouvé leur rythme de croisière . PSA parvient à limiter les dégâts en jouant sur ses deux marques . Peugeot , qui s' était jusque -là tenu à l' écart des opérations promotionnelles , a cédé à la tentation en mai , ce qui explique son rebond de 5 , 2 % . En revanche , Citroën affiche un mauvais mois , avec une baisse de 16 , 3 % . « La proportion des ventes aux particuliers est plus importante chez Citroën que chez nos concurrents , or c' est le marché qui souffre le plus en ce moment » , explique -t-on chez Citroën . « sérieusement détériorée » Seule la petite C3 sort du lot en affichant une hausse de 17 % . Ce contexte difficile a conduit le président de PSA , Jean-Martin Folz , à lancer la semaine dernière un avertissement sur ses résultats en annonçant qu' il sera « difficile » pour le groupe d' atteindre ses objectifs en 2003 en raison de « la conjoncture économique et monétaire peu favorable » . Il a précisé qu' il n' y avait « pas actuellement de perspective d' amélioration du marché européen » et que « la conjoncture économique s' était très sérieusement détériorée depuis février » . Les constructeurs étrangers ne sont pas mieux lotis . A commencer par le leader européen , Volkswagen , qui affiche une impressionnante baisse de près de 29 % . Sur les cinq premiers mois de l' année , le constructeur allemand passe sous la barre des 10 % de parts de marché ( 9 , 7 % ) . Le groupe est à la fois pénalisé par ses marques Volkswagen ( - 31 , 9 % ) et Audi ( - 28 , 9 % ) et , dans une moindre mesure , Seat ( - 14 , 8 % ) . La nouvelle Golf , qui sera présentée au prochain salon de Francfort , en septembre , avant d' être commercialisée début 2004 , est attendue avec impatience chez Volkswagen . Ford ( - 19 , 2 % ) et Opel ( - 24 , 6 % ) enregistrent également un mauvais mois de mai . Fiat poursuit sa descente aux enfers . La marque italienne baisse de 39 % et ne représente plus que 2 , 5 % du marché français , alors que le réseau est dimensionné . La fin de l' année s' annonce délicate pour Fiat , dans l' attente de nouveaux modèles , comme la Gingo , qui va remplacer la Panda , et l' Idea , un petit monospace fabriqué sur la base de la Punto . Les grands gagnants restent les marques japonaises . Toyota poursuit sa progression ( + 2 , 2 % ) , tandis que Nissan fait un bond spectaculaire , grâce à sa nouvelle Micra .