Le Monde

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
Le Monde
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_M_F_201103.html
Texte:
Malgré la reprise , Wall Street se heurte à la barrière des 10 000 points La croissance américaine a atteint 7 , 2 % en rythme annuel au troisième trimestre , plus de 280 000 emplois ont été créés d' août à octobre et le taux de chômage est retombé à 6 % . Selon un sondage Gallup / CNN , un peu plus de 53 % des Américains jugent aujourd'hui que l' économie s' améliore ; ils étaient 23 % en mars . Les analystes pronostiquent déjà des records de consommation lors des fêtes de fin d' année . Une cinquantaine d' économistes interrogés par le Wall Street Journal prévoient en moyenne 4 , 1 % de croissance en rythme annuel pour début 2004 . Même Alan Greenspan , le très circonspect président de la Réserve fédérale , estime que les perspectives à court terme sont « relativement optimistes pour l' économie américaine » . Paradoxalement , la seule fausse note vient de Wall Street . SEUIL PSYCHOLOGIQUE L' indice Dow Jones fait du surplace . Il bute depuis des semaines sur le seuil des 10 000 points . « Parfois , quand le Dow Jones approche un chiffre rond , il semble y avoir comme une barrière psychologique » , souligne Richard McCabe de Merrill Lynch . « Sur le plan fondamental , passer au-dessus des 10 000 points n' a pas grande signification , mais psychologiquement , l' effet serait considérable , explique Lynn Reaser , économiste de Banc of America . Cela symboliserait la fin des années difficiles . Cela signifierait que le scepticisme envers la reprise de l' économie et de la Bourse n' est plus de mise . Cela redonnerait plus de confiance aux épargnants , aux entreprises .. » Ce n' est pas encore le retour à « l' exubérance irrationnelle » dénoncée par M. Greenspan , lorsque , le 29 mars 1999 , le Dow Jones avait franchi les 10 000 points pour la première fois de son histoire . Il était monté jusqu'à 11 722 points avant que la bulle n' éclate . UNE ROBUSTE CROISSANCE EN 2004 Depuis , Wall Street a essuyé coup sur coup la récession , les scandales financiers , les attentats du 11 septembre 2001 , les guerres en Afghanistan et en Irak . Cela ne l' a pas empêché de se ressaisir et de parier résolument sur la reprise . Le Dow Jones a regagné 35 % depuis son point le plus bas en cinq ans ( octobre 2002 ) , et plus de 25 % depuis la fin de mars . Les analystes prévoient une robuste croissance en 2004 - « la plus forte depuis l'an 2000 » , pronostique David Rosenberg de Merrill Lynch - et une progression de 12 % en moyenne des profits des entreprises . Mais la prudence reste de mise . « L' essentiel de la reprise a déjà été anticipé » , prévient Barry Ritholtz , expert du Maxim Group . Le PER ( rapport cours / bénéfices ) des valeurs composant l' indice Dow Jones Jones se trouve à 19 . Un chiffre nettement supérieur à la moyenne historique de 14 à 15 , même s' il est encore loin du PER de 25 atteint en mars 1999 . Le milliardaire Warren Buffett préfère , pour se faire une opinion , comparer la capitalisation boursière totale des entreprises américaines cotées au produit national brut ( PNB ) du pays . Aujourd'hui , le ratio est de 130 % contre 176 % en mars 1999 . Un niveau plus raisonnable , mais qui n' avait jamais été atteint avant 1997 . Voilà pourquoi M. Buffett et son fonds Berkshire Hathaway restent à l' écart des actions de Wall Street . Wall Street qu' inquiètent aussi les enquêtes sur les fraudes dans la gestion des mutual funds ( l' équivalent des sicav et fonds communs de placement ) . LA CRAINTE DE LA REMONTÉE DES TAUX Une autre incertitude plombe les cours : les taux d' intérêt vont -ils remonter ? Le loyer de l' argent , au plus bas depuis quarante-cinq ans , à 1 % . La Réserve fédérale ( Fed ) a beau affirmer qu' elle ne touchera pas à ces taux « pour une période considérable » , elle ne pourra rester longtemps sans agir , si la croissance atteint bien 4 % l' an prochain , accroissant les tensions inflationnistes . La hausse des prix est montée à 2 , 4 % en rythme annuel au troisième trimestre , à comparer à 0 , 8 % pour les trois mois précédents . Avec un déficit budgétaire et une balance des paiements négative records - en 2004 , ils devraient tous deux dépasser les 500 milliards de dollars - , M. Greenspan ne peut se permettre d' apparaître laxiste . Condamnés à importer massivement des capitaux étrangers pour financer leur économie , les Etats-Unis doivent convaincre les épargnants asiatiques et européens d' acheter la dette américaine . Pour cela , il ne faut pas que le dollar soit trop faible et l' inflation trop forte .